Tribune. Nous venons d’entendre le préfet de Seine-Maritime déclarer que l’état de l’air à Rouen était «habituel». C’est à se demander d’où il parle pour ne pas sentir, selon la direction et la force du vent, selon les quartiers, cet air irrespirable qui nous asphyxie, s’infiltre dans nos poumons, nos maisons, nos bureaux, nos lieux de travail, irrite nos gorges, nos yeux, nous provoque des migraines, nous fait parfois vomir et nous réveille la nuit. Cette affirmation est insoutenable car elle fait passer pour des hystériques ou des mystificateurs ceux, nombreux, qui continuent de subir cette odeur suffocante dans une atmosphère toujours saturée à l’heure où nous écrivons…

Des centaines de milliers de personnes à Rouen et ses environs, légitimement inquiètes, se sentent méprisées par la suite de communiqués qui prétendent que tout est sous contrôle. «Dormez tranquilles braves gens, les relevés n’indiquent rien d’anormal.» L’empressement avec lequel on cherche à nous rassurer en oubliant les simples mots de compassion, de sollicitude après ce traumatisme ! Et aujourd’hui on nous assure que tout est normal. Comme dans la chanson de Brigitte Fontaine et Areski Belkacem. Si c’est vraiment le cas, changez vos méthodes et vos outils de mesure, car il y a un vrai problème.

Nos enfants respirent un air malsain, insalubre depuis des jours. Certains de nos jardins sont noircis d’hydrocarbures rendant les cultures de nos potagers impropres à la consommation. Pour combien de temps ? Nous y trouvons des morceaux d’amiante, des débris non identifiés, de fines poussières jaune-vert. Nos maisons sont tachées de suie noirâtre. Nous toussons, nous respirons mal. Les plus fragiles sont hospitalisés. Quand nous le pouvons, nous fuyons pour chercher l’air sain auquel tout citoyen devrait avoir droit.

Notre ville, dont l’embellissement récent nous rendait heureux, et où nous aimons vivre, est souillée, abîmée, noircie, «clairement polluée». Agnès Buzyn, ministre de la solidarité et de la santé, venue faire ce constat de l’évidence, nous dit : «Il faut se laver les mains, et il faut nettoyer.» Est-ce cela le plan du gouvernement après une catastrophe industrielle Seveso ? Se laver les mains et nettoyer ? C’est à nous Rouennais et habitants de l’agglomération de décontaminer notre ville ? Nos jardins ? Nos champs ?

Vous n’avez rien d’autre à nous dire ?

Expliquez-nous pourquoi nous ne savons toujours pas de quoi est composé l’air que nous avons respiré depuis jeudi matin ?

Expliquez-nous pourquoi, puisqu’il existe sur le secteur de Lubrizol un Plan de prévention des risques technologiques piloté par la Dreal Normandie et que ce type de plan s’applique aux zones présentant des risques majeurs, comme c’est évidemment le cas d’une usine classée Seveso, rien n’ait, semble-t-il, été mis en œuvre en conséquence vis-à-vis des populations dès le déclenchement de l’incendie ?

Expliquez-nous pourquoi, si tout est si normal, des policiers travaillent avec des masques à gaz ?

Expliquez-nous comment il est possible qu’un site Seveso puisse être recouvert d’amiante ?

Dites-nous quelles dispositions le gouvernement va prendre pour organiser le suivi épidémiologique de toute la population des villes touchées par ce nuage toxique de 22 kilomètres de long et 6 km de large ? S’il a l’intention de le faire ?

Expliquez-nous comment une usine classée Seveso seuil haut peut exister à 500 mètres d’un centre-ville avec un bassin de population aussi important, en face d’un futur écoquartier ?

Expliquez-nous pourquoi un arrêté préfectoral suspend pour 112 communes collecte du lait, d’œufs, de miel, livraison d’animaux, interdit les récoltes, mais nous, habitants, aurions respiré un air qui ne serait pas particulièrement dangereux ?

Que dites-vous aux agriculteurs, aux éleveurs, aux maraîchers, aux apiculteurs ? Dont pour certains l’activité économique est déjà en péril ? Que dites-vous aux malades ? Aux femmes enceintes ?

Que dites-vous aux salariés de l’usine, vivant souvent près du site, désormais au chômage technique, également secoués par cette catastrophe ? Aucun mot n’a été prononcé publiquement à leur égard.

Que dites-vous aux professionnels du tourisme qui reçoivent des annulations en série ?

Que répondez-vous aux médecins qui s’alarment de découvrir les taux affolants de plomb et autres métaux lourds auxquels nous avons pu être exposés ?

Les conséquences immédiates et à venir de ce désastre sont si nombreuses que nous ne pouvons pas toutes les énumérer. Mais nous enrageons de recevoir si peu d’égards, de soutien, et surtout d’informations claires. Sur ce qui s’est passé et ce qui va se passer à l’avenir.

Par ailleurs, nous avons entendu le président de Lubrizol, Frédéric Henry, dire que le secteur de l’usine où l’incendie s’est déclenché était un lieu de stockage, sans activité industrielle, et donc qu’il ne faisait pas partie des secteurs du site où l’entreprise avait anticipé d’éventuels accidents dans ses scénarios et exercices de crise. Si nous avons bien compris son propos, il nous semble grave.

Nous, Rouennais, ou liés à cette ville, habitants des villes environnantes, signataires de ce texte demandons :

– La reconnaissance de l’état de catastrophe technologique.

– Une refonte totale de la législation concernant tous les sites Seveso sur le territoire français en tenant compte de l’avis des premiers concernés : les habitants. Car soyez bien certains que cette catastrophe se reproduira. A Rouen, où nous vivons sur un baril de poudre, ou ailleurs.

– Une réponse gouvernementale à la hauteur de ce qui a eu lieu : une catastrophe majeure.

– Et enfin, que les dirigeants de l’usine Lubrizol dont les prises de paroles depuis jeudi sont affligeantes de lâcheté et de cynisme soient mis le plus vite possible devant leurs responsabilités qui sont immenses.

Premiers signataires : Ingrid Gogny, Agnès Libert, Annabelle Rakotondratsima, Yann Boisselier, Annick Delaunay Crouail, Pascale Greene, Dominique Gogny, Jane Planson, Myriam Libert, Nùria Rodriguez, Jeanne Gogny, Mathieu Letessier, Catherine Briez, Véronique Piton, Bernard Langlois, Christine Boisselier-Daré, Camille et Vincent Guilbert, Catherine Lecourtois, Franck Gibaux, Frédérique Martincourt, Ninon et Olivier Dumoulin, Nathalie Le Gendre, Virginie Mendzildjian, Elise Vannier, Baptiste Beaud, Anne Jézequel, Baptiste Bernard, Sylvie Jeanne, Jérôme Duclos, Aurélie Bruyère, Philippe Gauthier, Patrick Desile, Hélène deVillars, Marie Thevenet Defreitas, Claude Robinson, Thomas Gogny, Françoise et Jean-Marie Gehan, Carole Jubert Canet, Marie Chevrin-Garric, Caroline Lavoinne, Karine Preterre, Philippe Robinson, Loïc Seron, Théophile Gratien, Jean-Marc Delacruz, Angèle Humbert, Martin Sanchez, Franck Beharelle, Caroline Cintas, Suzanne Saint-Cast, Sandrine Charré, Jean-Paul Darras, Jules Laurent, Fred Levavasseur, Sabine Meier, Anne Vincelot, Marine Francin, Héléna Visinali, Loïc Bosser, Justine Barret, Léandre Bosser, Armand Bosser, Evelyne Martincourt, Gilles Gogny, Georges Robinson, Patricia Duchesne, Agim Lekaj, Lisa Létiche, Emilie Faudemer, Véronique Langlois, Clara Lagadec, Cécile Fort, Guilhem Julia, Marie Delattre, Sylvia Brunet, Damien Hardy, Dominique Jouet, Vincent Dubois, Pierre-Alexandre Jouvençon et Sylvie Dufaur, Frédéric Rabin, Francisca Rabin Maia de Souza, Sasha Leroy, Ingrid Rabin, Jean-Michel Leroy, Gladys Leroy Testu, Jean Claude Testu, Liliane Testu, Erick Boquen, Baptiste Sibille, Jacky et Isabelle Cellier, Haïfa Rabai, Marceau Minot, Lydie Turco, Fréderic Layec, Anne Lemeteil, Patrick Lefèvre, Anne Le Douarec, Jean-Pierre et Claudine Feray.

Collectif C’est normal ?