Pages Navigation Menu

il contenitore dell'informazione e della controinformazione

.

Colonies : Israël seul et résolu – Libération

Après l’adoption par le Conseil de sécurité de l’ONU du texte condamnant la colonisation, le Premier ministre, Benyamin Nétanyahou, se retrouve diplomatiquement isolé, mais garde le cap d’une politique d’extension des installations en territoires palestiniens.

Visage fermé et regard des mauvais jours, Benyamin Nétanyahou a attendu la fin du shabbat pour déclencher, samedi soir, une attaque en règle contre le Conseil de sécurité qui avait, la veille, voté la résolution 2334 appelant à l’arrêt de la colonisation des territoires palestiniens occupés. Une première depuis 1979. Et une défaite diplomatique majeure pour Israël puisque les Etats-Unis n’y ont pas opposé leur veto.

Signe de la gravité de la situation pour l’Etat hébreu, l’allocution du Premier ministre était retransmise par toutes les radios et les télévisions généralistes. En substance, le leader du Likoud a présenté le texte voté par l’ONU comme «insignifiant», «absurde», «biaisé et honteux». Mais aussi «anti-israélien», puisqu’il présente Jérusalem-Est, la partie arabe de la ville annexée par Israël en juin 1967, comme un territoire occupé, alors qu’il n’en est rien selon lui. «Ce texte ne nous rapproche pas de la paix, il nous en écarte, a-t-il asséné. La résolution établit que le mur des Lamentations [le principal lieu saint juif, ndlr] est un territoire occupé. Ceci aussi est délirant.» Et de poursuivre : «Pendant que l’on tue 500 000 personnes en Syrie, que l’on se bat au Soudan du Sud et en Irak, l’ONU condamne la seule démocratie du Proche-Orient. C’est honteux !»

«Chant du cygne»

En réaction au vote de vendredi, Nétanyahou a ordonné le rappel des ambassadeurs d’Israël en Nouvelle-Zélande et au Sénégal, deux des pays ayant proposé la résolution 2334 au vote du Conseil de sécurité. Dans la foulée, il a gelé tous les programmes de coopération avec le Sénégal et reporté la prochaine visite à Jérusalem du ministre sénégalais des Affaires étrangères. Une «punition» qui frappe également le Premier ministre ukrainien puisque son pays a soutenu la résolution maudite.

«D’autres décisions suivront», assure Nétanyahou après avoir confirmé que son pays gèlera ses versements annuels, environ 7,5 millions d’euros, à cinq institutions de l’ONU considérées comme «anti-israéliennes».

Plus offensifs que jamais, Benyamin Nétanyahou et ses ministres jurent avec une pointe de défi dans la voix qu’ils ignoreront la résolution 2334. Et qu’ils poursuivront leur politique «d’implantation de colonies». Leur fébrilité s’explique certes par l’ampleur du camouflet qui leur a été infligé, mais aussi parce qu’ils comprennent que le vent de l’histoire a tourné. Désormais, quoiqu’ils disent ou fassent, la communauté internationale pourrait, à terme, imposer des sanctions politiques et économiques à leur pays. Voire entamer des poursuites contre ses dirigeants devant la Cour pénale internationale de La Haye.

A en croire le leader du Likoud, la situation n’est pourtant pas désespérée pour son pays, puisqu’une «période nouvelle» débutera lorsque Donald Trump prendra ses fonctions, le 20 janvier, à Washington. Aux yeux de Nétanyahou, la résolution 2334 est donc «le chant du cygne du vieux monde empreint  d’hostilité contre Israël». «Il est clair que la prochaine administration du président élu Donald Trump inversera le cours des événements concernant Israël», veut croire le Premier ministre.Certes, le magnat de l’immobilier a déjà nommé son prochain ambassadeur, David Friedman, partisan du mouvement de colonisation et déterminé, comme Trump, à déménager l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, mais l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche ne changera rien à la résolution 2334. Elle est désormais coulée dans le droit international. D’où la colère de Nétanyahou contre Obama, qui a refusé d’opposer le veto américain au vote de vendredi. Selon lui, le président bientôt sortant a brisé un engagement américain remontant à l’époque de Jimmy Carter de ne pas «dicter les termes de la paix à Israël au Conseil de sécurité des Nations unies». Et la manœuvre d’Obama serait donc «honteuse et sournoise». Les conseillers vont plus loin et prétendent que le président américain a«piégé Israël» et que le vote de la résolution 2334 tient du «oketz», un terme hébraïque signifiant «escroquerie», ou «coup pourri».

Réfléchir aux causes

Dans ce déferlement irrationnel, les voix dissonantes se font rares. Pour l’heure, seul l’écrivain David Grossman, la députée progressiste Zehava Galon et son homologue centriste Tzipi Livni ont appelé leurs concitoyens à réfléchir aux causes du vote du Conseil de sécurité. Mais ils sont inaudibles. De leur côté, le lobby des colons (Yecha) et le parti d’extrême droite Foyer juif, qui les représente au gouvernement, s’affairent pour démontrer qu’ils ne sont pas impressionnés par la décision de l’ONU. Ils exigent la construction de nouveaux logements dans les colonies et préparent un projet de loi visant à annexer plusieurs zones de la Cisjordanie occupée. Entre autres celles où se trouvent Maale Adoumim (une colonie servant de banlieue dortoir à Jérusalem), ainsi qu’Ofra, près de Ramallah.

Nissim Behar Correspondant à Tel-Aviv

Sorgente: Colonies : Israël seul et résolu – Libération

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
< >

Leave a Comment

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

adv