0 4 minuti 2 settimane
Mandatory Credit: Photo by Roberto Monaldo/LaPresse/Shutterstock (14525284g)

Le général italien Roberto Vannacci a été désigné numéro 2 du groupe «Patriotes pour l’Europe», présidé par Jordan Bardella à Strasbourg. L’homme est connu pour ses prises de position extrémistes.

Extrait de Chez Pol, notre newsletter politique réservée à nos abonnés : découvrez-la gratuitement.

Bardella voyait son avenir soit à Matignon, soit à Strasbourg, deux endroits qu’il ne connaît que très peu pour y être allé juste une poignée de fois. Mais après des résultats aux législatives en demi-teinte, le président du RN a dû se faire une raison : il ne sera pas Premier ministre et ne s’installera donc pas rue de Varenne. Direction donc le Parlement européen pour Bardella, qui prend la tête du groupe «Patriotes pour l’Europe» imaginé par le Premier ministre hongrois pro-Poutine, Viktor Orban. Voilà qui devrait l’obliger à un peu plus d’assiduité que lors de la dernière législature. A ses côtés, le lepéniste pourra compter sur le soutien d’un numéro 2 plutôt coriace : le général italien Roberto Vannacci, désigné vice-président. Le leader de la Lega aux européennes est une personne qui gagne à être connue. Nostalgique de Mussolini – qui fut selon lui un «homme d’Etat» – homophobe et xénophobe, Vannacci n’est pas vraiment raccord avec l’entreprise de dédiabolisation en cours depuis plus d’une décennie au RN.

L’homophobie, c’était mieux avant

En août 2023, il a auto-édité un pamphlet, Il Mondo a contrario («le monde à l’envers») dans lequel il déverse sa haine sur à peu près tout ce qui lui est différent. Il est ainsi anti-avortement, antiféministes, anti-étrangers. «Chers homosexuels, vous n’êtes pas normaux. Il faut s’en remettre ! La normalité, c’est l’hétérosexualité. Mais si tout vous semble normal, c’est à cause des [complots] du lobby gay international qui a banni des termes qui, il y a quelques années encore, figuraient dans nos dictionnaires : pédéraste, folle, inverti, tapette, emmanché, fiotte, tafiole, lopette, tarlouze, sodomite – qui sont aujourd’hui susceptibles de vous faire passer devant un tribunal», écrit-il par exemple, comme l’a noté le site Internet de la revue du Grand Continent.

Il a aussi un avis très tranché sur qui est vraiment Italien et qui ne l’est pas. «Que nous le voulions ou non, nous ne sommes pas nés égaux sur cette terre. Par conséquent, ceux qui arrivent en Italie devraient être immensément reconnaissants pour notre compassion et notre générosité. Paola Egonu [joueuse de volley-ball italienne originaire du Nigeria, ndlr] est de nationalité italienne, mais il est clair que ses caractéristiques physiques ne représentent pas l’italianité», écrit-il encore. Bref, un homme très sympathique qu’on peut raisonnablement classer à l’extrême droite et avec qui Edouard Philippe devrait peut-être dîner pour voir s’il a des désaccords avec lui.

Sorgente: Homophobe, raciste, pro-Mussolini : le super vice-président de Bardella au Parlement européen – Libération


Scopri di più da NUOVA RESISTENZA antifa'

Abbonati per ricevere gli ultimi articoli inviati alla tua e-mail.