Pages Navigation Menu

il contenitore dell'informazione e della controinformazione

.

Du traité de Rome au Brexit : grandeur et décadence de la population européenne – Libération

Pour la première fois de son histoire, l’UE va connaître une baisse de sa population en raison du départ du Royaume-Uni.

L’UE a connu son pic de population en 2017 avec 511 millions d’habitants et ne risque pas de le rattraper de sitôt. A moins d’un retournement de dernière minute, le Royaume-Uni devrait quitter l’Union avant les prochaines élections européennes. La population totale descendra donc à 446 millions de personnes.

L’évolution de la population européenne a été faite par vagues successives (chacune représentée par une nuance de bleu dans le graphique) : le traité de Rome établi en 1957 entre l’Allemagne, la France, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg constitue la première pierre à l’édifice. Le nombre de pays est monté progressivement à 28 par adhésions successives : Danemark, Irlande et Royaume-Uni (1973), Grèce (1981), Espagne et Portugal (1986), Autriche, Finlande et Suède (1995), Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, République tchèque, Slovaquie et Slovénie (2004), Bulgarie et Roumanie (2007) et enfin Croatie (2013). La réunification de la RFA et de la RDA à également apporté les 13 millions d’Allemands de l’Est en 1991.

Grosses nations

Avec le Brexit, le poids démographique des grosses nations (plus de 38 millions d’habitants) baisse légèrement et ne représente plus que deux tiers des Européens : Allemagne, France, Italie, Espagne et Pologne totalisent 295 millions d’habitants. La France, de son côté, reprend du poids dans le mix démographique européen grâce au Brexit. Alors qu’elle représentait 13% de la population avant, elle sera demain à 15%.

Infographie : le poids de la France dans la population européenne

A LIRE AUSSIBrexit: Londres et Bruxelles toujours pas d’accord

Le troisième pays du monde

Brexit ou pas, si l’Union européenne était un pays, ce serait le troisième le plus peuplé derrière l’Inde et la Chine, et devant les Etats-Unis. Si l’Europe était restée à six comme en 1957, elle serait passée de 167 millions à 239 millions d’habitants, et serait cinquième au classement général démographique, entre l’Indonésie (264 millions d’habitants) et le Brésil (209 millions). Parmi les six, c’est la France qui contribue le plus à cette évolution grâce à une progression de 47% entre 1960 et 2017. L’Allemagne réunifiée mais vieillissante n’a augmenté que de 3,5% entre 1991 et 2017, soit cinq fois moins que la France sur la même période.

Infographie : l'Union européenne troisième pays du monde

On se rend mieux compte du poids démographique des pays dans les différentes régions du monde en utilisant un cartogramme de Dorling : la position géographique de chaque pays est respectée, mais leurs formes sont remplacées par des cercles proportionnels à la taille de leur population. La carte de la semaine, dans le numéro 7 de @Vraiment_hebdo, représente les pays du monde selon leur population plutôt que leur superficie.

Julien Guillot@julienguillot

La carte de la semaine dans le numéro 7 de @Vraiment_hebdo représente les pays du monde selon leur population plutôt que leur superficie.

Avec ma comparse @claradealberto nous avons utilisé la technique du cartogramme de

Julien Guillot

Sorgente: Du traité de Rome au Brexit : grandeur et décadence de la population européenne – Libération

Spread the love
  •  
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
468 ad
< >

Leave a Comment

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.