Pages Navigation Menu

il contenitore dell'informazione e della controinformazione

Près de 200 interpellations après des violences en marge du défilé du 1er Mai à Paris – Libération

Au fil de la journée

Des affrontements ont éclaté peu après le départ de la manifestation parisienne du 1er Mai entre plus d’un millier d’individus encagoulés et les forces de l’ordre, selon les autorités. Ailleurs en France, des milliers de personnes ont défilé dans une ambiance souvent bon enfant.

L’essentiel

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté ce mardi dans plusieurs villes de France (Nantes, Grenoble, Lyon, Lille, Strasbourg, Toulouse…) pour le 1er Mai, à l’appel de la CGT, rejointe par Solidaires et la FSU et parfois des mouvements politiques comme La France Insoumise et le NPA.

Les cheminots, en grève deux jours sur cinq depuis début avril contre la réforme de la SNCF, ont participé en nombre aux cortèges.

La manifestation parisienne s’est ébranlée vers 15 heures de la place de la Bastille en direction de place d’Italie, avant d’être ralentie par des individus cagoulés. Des affrontements ont éclaté avec les forces de l’ordre en marge du défilé.

Photo AFP

Entre 143 500 et 210 000 manifestants en France selon les estimations

Chiffres.

Les manifestations de ce mardi ont rassemblé plus de 210 000 personnes en France selon la CGT. Le ministère de l’Intérieur comptabilise de son côté 143 500 manifestants, contre près de 142 000 l’an passé.

1er Mai à Toulouse : «Le pouvoir n’a pris la mesure de la colère qui gronde chez les plus humbles»

Reportage.

Près de 8 000 personnes étaient réunies à Toulouse ce mardi. Un cortège acquis à la cause des cheminots. Le récit de notre correspondant.

1er Mai à Toulouse : «Le pouvoir n’a pris la mesure de la colère qui gronde chez les plus humbles»

​Manifestation parisienne.

Près de 200 membres de la mouvance des «blacks blocs» ont été interpellés à Paris, selon la préfecture de police.

Réaction.

C’est au tour de Benoît Hamon de dénoncer les violences survenues en marge du cortège parisien. Elles réduisent «au silence les milliers de manifestants démocrates et pacifiques», regrette le leader du mouvement Génération.s.

Réaction.

Jean-Luc Mélenchon, qui a défilé à Marseille ce mardi, condamne sur Twitter les violences en marge du cortège parisien, dues «sans doute» selon lui à «des bandes d’extrême droite.»

20 000 personnes dans le cortège syndical parisien, 14 500 hors cortège, selon la police

1er Mai.

Le défilé syndical du 1er mai, émaillé de violents heurts à Paris, a rassemblé mardi 20 000 personnes, a annoncé la préfecture de police de Paris qui a aussi dénombré 14 500 personnes hors du cortège déclaré, dont 1 200 membres de la mouvance radicale des «blacks blocs».

L’an dernier, 30 000 personnes avaient défilé lors du traditionnel défilé du 1er à Paris, selon la préfecture de police, contre 80 000 selon les organisateurs.

Le préfet de police de Paris demande au cortège de changer d’itinéraire

1er Mai.

Après les affrontements entre la police et les manifestants encagoulés, le préfet de police de Paris a demandé au cortège syndical de changer d’itinéraire. Le cortège syndical a été «invité» à gagner la place d’Italie en passant désormais pas le quai de la Rapée et non plus par le boulevard de l’Hôpital (XIIIe arrondissement).

1er Mai : heurts entre la police et des manifestants encagoulés à Paris

Affrontements.

Dégradations, jets de projectiles : des affrontements ont éclaté en marge de la manifestation du 1er Mai à Paris entre plus d’un millier d’individus encagoulés et les forces de l’ordre, qui ont riposté par des tirs de gaz lacrymogènes et deux lanceurs d’eau, ont constaté des journalistes de l’AFP. La police a essuyé «des jets de projectiles sur les forces de l’ordre au niveau du boulevard de l’hôpital» (XIIIe arrondissement), a confirmé à l’AFP la préfecture de police (PP). Quelque 1 200 personnes encagoulées ont été recensées par la préfecture de police. Un McDonald’s a été saccagé et une concession automobile ainsi qu’à un abribus et une pelleteuse de chantier pris pour cibles, selon la préfecture. Dans cette ambiance, des manifestants venus pour le défilé traditionnel demandaient de «laisser passer les pompiers».

1er Mai.

Un McDonald’s a été saccagé près de la gare d’Austerlitz par des individus cagoulés sur le passage du cortège parisien. Des flammes qui sortaient du du restaurant auraient été rapidement éteintes, et deux camions de pompiers sont arrivés sur place, selon notre journaliste.

A Rennes, le début de la manifestation perturbé par une intervention policière

1er Mai.

Parti à 11h30 de la place de la mairie avec environ 3 000 participants, le cortège rennais du 1er mai a été marqué par des incidents qui ont éclaté lorsque les forces de l’ordre ont décidé de fragmenter le cortège, lançant des grenades lacrymogènes. Une intervention destinée à isoler une cinquantaine de manifestants, dont certains masqués, qui en avaient pris la tête, ont constaté les journalistes. Une personne a été interpellée lors de cette opération, a indiqué la préfecture à l’AFP.

Cette fragmentation, suivie de rumeurs faisant état de plusieurs interpellations, a perturbé la suite du défilé, survolé par un hélicoptère. Environ 200 personnes se sont rendues au commissariat pour réclamer la libération «des interpellés». Les manifestants, parmi lesquels des étudiants, se sont progressivement dispersés et il n’y a pas eu de dégradations, selon la préfecture. Le syndicat étudiant de Rennes 2 L’Armée de Dumbledore a dénoncé des violences policières en publiant une vidéo sur Twitter (cliquez sur la photo pour lancer la vidéo).

Défilé parisien du 1er Mai : un millier d’individus cagoulés sur le parcours du cortège, selon la préfecture

Paris.

Un millier d’individus cagoulés se trouvent à hauteur du pont d’Austerlitz, sur le parcours que doit emprunter le cortège parisien, indique la préfecture de police. Hier, la préfecture de police avait dit craindre dans un communiqué des violences de la part de «militants de groupes contestataires issus de mouvances extrémistes». Le communiqué citait notamment en exemple sans le nommer, le Mili (Mouvement inter luttes indépendant), qui a lancé un appel sur Facebook à «faire vivre une journée en enfer» à Emmanuel «Macron et son monde».

1er Mai.

Les étudiants de Tolbiac, qui prennent part au défilé parisien, chantent «étudiants cheminots, même Macron même combat» selon notre journaliste présent sur place.

A Marseille, plusieurs milliers de manifestants pour le 1er Mai, dont Jean-Luc Mélenchon

1er Mai.

A Marseille, plusieurs centaines de manifestants sont partis vers 11 heures du Vieux-Port pour le défilé organisé à l’appel de la CGT. Des drapeaux du Parti communiste, du Nouveau parti anti-capitaliste, de Lutte ouvrière et de la France insoumise flottaient dans le cortège.

Derrière une banderole «contre Macron et son monde», la manifestation a rassemblé 4 200 personnes selon la police. Le leader de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, présent dans le cortège et qui avance de son côté le chiffre de 26 000 manifestants, a estimé que «la jonction des forces (était) en train de se faire» entre mouvement social et forces politiques, constatant qu’en revanche, «rien n’est réglé pour ce qui est de la division syndicale». Comme depuis plusieurs années, les syndicats avaient en effet décidé de fêter la journée internationale des travailleurs en ordre dispersé.

Rassemblement parisien.

Entendu place de la Bastille, par notre journaliste sur place. (cliquez sur la photo pour lancer la vidéo)

Paris.

La manifestation de Paris, organisée avec les fédérations franciliennes de FO, de la FSU, de Solidaires et de l’Unef, s’apprête à s’élancer de la place de la Bastille, direction place d’Italie. L’an dernier, près de 142 000 personnes avaient manifesté dans la capitale, selon la police. Notre journaliste Gurvan Kristanadjaja est sur place, son live-tweet est à suivre ici.

1er Mai : environ 3 000 personnes à Nantes

Défilé.

Entre 2 700 personnes, selon la police, et entre 3 500 et 4 000, selon les syndicats, ont défilé dans le calme ce matin à Nantes à l’appel de la CGT, Sud et Solidaires ainsi que de syndicats étudiants à l’occasion du 1er Mai. Les manifestants se sont retrouvés près du château des Ducs de Bretagne, où plusieurs orateurs ont pris la parole, parmi lesquels un cheminot, une aide-soignante en Ehpad, une représentante d’un commerce, ainsi que des étudiants. Des universitaires étaient également présents dans le cortège. Le cortège a ensuite pris la direction de la préfecture puis a emprunté le cours des 50 otages, jusqu’à la place du Commerce.

1er Mai.

Alors que les centrales défilent en ordre dispersé à l’occasion de ce 1er Mai, les syndicats font front commun dans certaines villes, comme à Limoges (Haute-Vienne), où CFDT et CGT participent au défilé, note un journaliste local sur Twitter.

Gauche : la force de l’union

La lettre politique.

«L’unité de la gauche progresse à grands pas. Pour bien en faire la démonstration, les différents partis ont organisé trois défilés différents qui permettront d’appeler trois fois, avec des mots d’ordre différents, dans des lieux différents et des participants différents, à l’unité. Touchante convergence…» Lire la suite dans la lettre politique de Laurent Joffrin.

Gauche : la force de l'union

Sorgente: (1) Près de 200 interpellations après des violences en marge du défilé du 1er Mai à Paris – Libération

Spread the love
  •  
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
468 ad
< >

Leave a Comment

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.