La cocaïne est plus pure, l’héroïne poursuit son retour et touche quasiment tout le territoire français, l’herbe prend le pas sur la résine de cannabis. A la lecture de la nouvelle étude Trend (Tendances récentes et nouvelles drogues) menée sur l’année 2016 et les premiers mois de 2017 par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), les drogues illicites ne se sont jamais aussi bien portées.

Outre les trois produits illicites phares, les nouvelles drogues de synthèse se diversifient et restent populaires, l’observation des forums de discussion dont l’audience a cru ces derniers mois le prouve. Le «chemsex» (usage de drogues lors de pratiques sexuelles) est de plus en plus visible dans la communauté gay. Taboue jusque-là mais en voie de banalisation, l’injection de ces produits, tel le 3-MMC, pose un problème sanitaire évident (contraction de virus et risque de surdose).

L’herbe ne cesse d’étendre son champ

Très consommé (1,4 million d’usagers réguliers), le cannabis a changé de forme. L’herbe gagne des parts de marché sur la résine de cannabis. Les fumeurs veulent des produits bio de meilleure qualité. Produite aux Pays-Bas, en Belgique et en Espagne, elle est désormais cultivée sur le territoire français, avec des plantations allant de terrains vastes dans des «cannabis factories» (4 000 plants) gérées par de gros trafiquants à des plus petites structures (200 à 300 plants) tenues par des jeunes très au fait des techniques et des consommateurs eux-mêmes. «Le marché du cannabis est dynamique et très diversifié, dominé par l’herbe, avec des croisements de variétés et tous les taux de THC [la molécule responsable des principaux effets psychoactifs du cannabis, ndlr] possibles, souligne Michel Gandilhon. C’est relativement nouveau en France, avec une progression observée à partir de 2010. De nouvelles formes de consommation se développent, du vapotage (e-liquide) au vaporisateur. C’est nouveau et pas encore très répandu, mais les tendances marginales dans le domaine des drogues ont tendance à se confirmer. Par ailleurs, les consommateurs fabriquent aussi huiles et résine, copiant des pratiques venues des Etats-Unis.»

La cocaïne toujours plus visible

Plus pure, plus chère (85 euros le gramme en 2016, contre 67 euros en 2010) mais plus facile d’accès, la cocaïne n’en finit pas de séduire de nouveaux usagers : on estime à 450 000 le nombre de ceux qui déclarent l’avoir expérimenté au moins une fois dans l’année, chiffre qui a quintuplé en vingt ans selon le dernier baromètre de Santé publique France. Cette pratique concerne désormais un spectre large allant des personnes marginalisées aux fêtards du week-end. Plus que la hausse du nombre de consommateurs, c’est le passage d’une prise occasionnelle à régulière qui interpelle les observateurs. On trouve de la cocaïne partout : bars, clubs, festivals, avec une multiplication des points de vente dans les grandes villes. Les dealers s’organisent en call center ou en «drive de cité» (qui permet d’acheter sans descendre de voiture). Ils sont aussi plus «marketing» (SMS promotionnels, relances), se rendent à domicile et fractionnent les doses d’un gramme pour s’adapter au budget du client. «Les “cocaïne call centers” ont toujours existé mais ont pris énormément d’ampleur car les usagers sont réticents à l’idée d’aller sur les lieux de trafic et la présence policière s’est accrue depuis les attentats, explique Michel Gandilhon, chargé d’études à l’OFDT. Les taux de pureté (51 % en 2016) sont sans précédent depuis 2000 (où ils plafonnaient à 50 %) alors qu’ils avaient baissé à 27 % ces dernières années. Le trafic s’organise avec de moins en moins d’intermédiaires. On constate, dès lors, des surdoses de cocaïne chez des usagers peu habitués à un tel niveau de concentration. La cocaïne arrive plus massivement via des colis postaux et des mules en provenance des Antilles françaises et de Guyane alors qu’auparavant elle transitait par l’Espagne ou les Pays-Bas, où elle était revendue à des semi-grossistes avec une multitude d’intermédiaires.»

L’héroïne se répand sur tout le territoire

La mise à disposition des traitements de substitution (méthadone et subutex) laissait à penser que l’héroïne perdrait du terrain. Au vu des saisies qui ont quasiment doublé ces trois dernières années, cette drogue dure reste pourtant consommée, particulièrement dans le nord de la France. La proximité des Pays-Bas et de la Belgique, où les produits sont stockés, y est pour beaucoup. Mais sa présence se développe dans le Sud-Ouest (Toulouse), le Sud-Est (Marseille) et dans la région lyonnaise, où des filières albanaises se sont largement implantées depuis que la police suisse les a chassées de son territoire. Michel Gandilhon : «L’héroïne a toujours été consommée dans le milieu des free parties [soirées de la scène techno, ndlr] où elle était souvent couplée à une prise de cocaïne. Mais on observe également des consommateurs dits insérés, qui ont un travail, un appartement, qu’on ne voit pas car il y a peu de structures de réduction des risques dans les campagnes et qu’ils ne fréquentent pas les centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques des usagers de drogues (Caarud). Dans les milieux ruraux et périurbains, les saisies de la gendarmerie le prouvent : sur une tonne d’héroïne saisie en 2016, un tiers provenait de la gendarmerie.»

Marie Ottavi