Pages Navigation Menu

il contenitore dell'informazione e della controinformazione

.

Mélenchon et Poutou volent au secours des ouvriers de GM&S – Libération

Les deux ex-candidats à la présidentielle ont défilé aux côtés de plus de 2000 manifestants, à La Souterraine (Creuse), en soutien aux 279 salariés de l’usine menacés de perdre leurs emplois. Un dossier brûlant pour le nouveau chef de l’Etat.

Entre 2000 et 3000 personnes ont manifesté mardi à La Souterraine (Creuse), à l’appel des salariés de GM&S Industry, mobilisés depuis décembre pour sauver leurs 279 emplois menacés par la baisse des commandes de PSA et de Renault. Une mobilisation impressionnante pour cette petite ville de 6 000 habitants. Point culminant de leur lutte, la manifestation organisée par l’intersyndicale CGT-FO et soutenue par les élus locaux a drainé des délégations venues de toute la France. Mais aussi deux figures éminemment médiatiques de la gauche : les ex-candidats à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou, qui ont été accueillis par des applaudissements.

Le porte-parole du NPA était venu «soutenir la lutte qui se déroule ici contre les logiques capitalistes qui détruisent nos emplois ici et ailleurs» : «Moi aussi je suis ouvrier de l’automobile, je bosse à Ford qui vient d’annoncer 20 000 suppressions de postes dans le monde et cela risque de nous concerner directement.» Il était aussi venu «saluer le combat de ces salariés et rappeler que c’est aussi par les luttes sociales et la résistance, avec le soutien des populations que les choses pourront changer et le rapport de force s’inverser».

Au milieu du site sur lequel trônent toujours des bonbonnes de gaz et des panneaux sur lesquels on peut lire «on va tout péter», les salariés, qui ont «piégé» leur usine la semaine dernière pour attirer l’attention sur leur sort, ont aussi accueilli un Jean-Luc Mélenchon à la mine grave. «Je suis venu dans un sens de fraternité humaine avec des gens qui, après avoir mis en œuvre tous les moyens pacifiques de se faire entendre, n’étant arrivés à rien, sont obligés de recourir à des moyens extrêmes. Quand on est un ouvrier qualifié on ne détruit pas son outil de travail avec plaisir, alors oui, cela m’a bouleversé», a expliqué le chef de file de La France insoumise.

Appel à Emmanuel Macron

Et d’en appeler lui–aussi à une intervention du nouveau président de la République, Emmanuel Macron : «Personne ne peut dire que l’on n’y peut rien, les deux commanditaires Renault et PSA ont un actionnaire qui s’appelle l’Etat. Si, donc, les décideurs publics le veulent, la situation peut être réglée en deux coups de téléphone. J’adjure les responsables, le Président et ses futurs ministres, de comprendre qu’il faut se saisir de ce dossier et qu’il ne faut pas laisser ces gens seuls car je vous le dis, il ne se laisseront pas faire.» Selon lui, «une intervention de l’Etat ne réglerait pas seulement le sort des personnes qui travaillent ici, mais également celui de tout un territoire, voire d’une région».

Point de vue partagé par Jean-Louis Borie, l’avocat qui conseille et accompagne les salariés : «C’est bien que Mélenchon vienne ici, ça attire la lumière sur la bataille qui y est menée, mais ce n’est pas de lui qu’il faut parler, c’est de l’avenir de cette boîte et du combat exemplaire porté par les salariés depuis décembre. Moi, ce que je veux, c’est qu’Emmanuel Macron rentre à son bureau, prenne son téléphone et dise à Carlos Tavares et Carlos Ghosn : “Un petit effort mes lapins, 1% du chiffre d’affaires de l’emboutissage en France ce n’est peut-être rien pour vous, mais c’est tout pour eux.”»

«Non-assistance à département en danger»

Partis vers 16 heures de l’usine GM&S, les manifestants ont rejoint la mairie de la ville, à près de 4 kilomètres de la zone industrielle. Un chariot-élévateur de 20 tonnes arborant les portraits en noir et blanc des 279 salariés, ouvrait le cortège : «Ils ne sont pas que des chiffres.» A l’arrivée, Michel Vergnier, député PS de la Creuse et maire de Guéret, candidat aux législatives, a pris la parole. «J’accuse Peugeot et Reunault de non-assistance à département en danger», a-t-il notamment lancé.

Lundi, une table ronde marathon de plus de six heures a réuni en préfecture de Guéret syndicalistes, dirigeants de PSA et Renault, et élus locaux, autour du mandataire judiciaire et du négociateur de crise, mais sans avancée notable.

Les salariés espèrent obtenir un délai auprès du tribunal de commerce de Poitiers pour éviter le couperet de la liquidation judiciaire, qui pourrait tomber le 23 mai faute de reprise du site. A ce jour, seul le français GMD (emboutissage, thermoformage) a exprimé son intérêt pour GM&S. Mais le nouveau gouvernement devrait rapidement s’activer en coulisses pour tenter de désamorcer cette bombe sociale en puissance.

Julie Carnis correspondante à Limoges

Sorgente: Mélenchon et Poutou volent au secours des ouvriers de GM&S – Libération

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
< >

Leave a Comment

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

adv