Pages Navigation Menu

il contenitore dell'informazione e della controinformazione

Pourquoi une simple grippe met les hôpitaux en hypertension | L’Humanité

Reportage. Malgré ses locaux flambant neufs, l’hôpital de cette ville du Val-d’Oise fait partie des 192 établissements « en tension » répertoriés par le ministère. Une surchauffe qui n’a que peu à voir avec la grippe, soulignent ses personnels, mais plus avec un manque patent de lits et de personnel.

Ouvert à la fin du printemps 2016, le nouvel hôpital de Gonesse (Val-d’Oise) évoque un immense et rutilant paquebot, prêt à vaincre les pires tempêtes. Sauf que, dans la salle des machines – le service des urgences –, son équipage est déjà à bout : médecins et infirmières se disent « épuisés, démoralisés, incapables de répondre dignement aux besoins des patients ». La faute à l’épisode de grippe sévère qui touche le pays depuis trois semaines ? En partie, mais pas seulement, répondent ces professionnels qui dénoncent le manque de lits disponibles, un sous-effectif médical patent et une organisation très perfectible. « Les hôpitaux aujourd’hui sont face à une situation de tension, mais ils ne sont en aucun cas débordés », a tenté de rassurer jeudi la ministre de la Santé, deux jours après avoir reconnu que ces mêmes établissements avaient atteint « les limites de leurs capacités ». Aux urgences, les limites sont, là, toutes proches.

Sorgente: Pourquoi une simple grippe met les hôpitaux en hypertension | L’Humanité

Spread the love
  •  
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
468 ad
< >

Leave a Comment

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

.