Pages Navigation Menu

il contenitore dell'informazione e della controinformazione

News from occupied Palestine – Enlightened Voice for Free Palestine

2017-01-06

((Here is the Enlightened Voice for Free Palestine, with the Tanweer Forum, of Nablus, occupied Palestine. ((With this voice on Nuova Resistenza.org Radio we are letting everybody know the actuality of the aggressive policies of the racist Zionist-American imperialist alliance, in its wars and occupation against Palestine and other Nations, from an historical materialist analysis. We call all humanized people to be united to face that reactionary alliance and to build our world on the basis of freedom, democracy, equality, social justice and dignity for every human everywhere, regardless of their religion, or colour, or origin, culture or gender. We need Liberty, Equality and Reciprocity.

Plz stay humanized.)) http://radio.nuovaresistenza.org/

1) 2016: A deadly year in the occupied Palestinian territory and Apartheid Israel Occupation
BETHLEHEM (Ma‘an) 1 Jan 2017 — The past year has been one of the deadliest and most violent in recent years for Palestinians living in the occupied West Bank and besieged Gaza Strip. In 2016 alone, more than 100 Palestinians were killed, the majority shot dead by Apartheid Israel Occupation forces. The wave of violence, termed by some as the “Jerusalem Intifada,” began in October 2015 and to date has seen 246 Palestinians killed by Apartheid Israel Occupations, with 135 Palestinians killed between the months of October and December 2015 alone. Since the violence began, Ma‘an has collected data regarding every person who has died as part of this latest chapter in the Apartheid Israel Occupation-Palestinian conflict.
In 2016, Ma‘an recorded the deaths of a total of 129 individuals from Jan. 1 to Dec. 31, 2016. Of these dead, 111 were Palestinian (86 percent of deaths), 15 were Israeli (11.6 percent of deaths), and three were foreign nationals (2.3 percent of deaths)– one American, one Sudanese, and one Jordanian. Of the Palestinians killed, 97.3 percent were killed by Apartheid Israel Occupations. One was killed while holding a pipe bomb that prematurely exploded, another while carrying out a deadly bomb attack, and another was killed by another Palestinian in a shooting attack.
Of the Apartheid Israel Occupations killed, 93.3 percent were killed by Palestinians, with one Apartheid Israel Occupation soldier killed by Apartheid Israel Occupation friendly fire. Nine Israelis (60 percent of the dead) were killed during shooting attacks. The violence has largely been characterized by small scale attacks and attempted attacks on Apartheid Israel Occupation armed forces, with 55 (49.5 percent) of the Palestinians killed by Apartheid Israel Occupations killed during stabbing and alleged attempted stabbing attacks. Drawing from statistics, a general portrait emerges of the average Palestinian to have died during this time: a young man in his late teens or early twenties from the West Bank district of Hebron, killed by Apartheid Israel Occupation security forces. Out of all Palestinians killed, 34 (30.6 percent) were from the Hebron district. Geographically speaking, the majority of Palestinian deaths — 82 to be exact — took place in the West Bank, while 17 occurred in the city of Jerusalem, seven in the besieged Gaza Strip, and five in Israel. Among those killed in Gaza were two Palestinian children, aged nine and six-years-old, who were killed by an Apartheid Israel Occupation airstrike. While 12 Palestinian women and girls were killed — 10 of whom while allegedly or actually carrying out attacks — the vast majority killed were Palestinian men and boys. Of the 111 Palestinians killed, 99 were male. According to Ma‘an’s records, the average age of slain Palestinians was 23. However, the most frequent age of death was 17 years old, with 14 Palestinian youth of that age losing their lives in the past year. (continued)
http://www.maannews.com/Content.aspx?id=774681

2) Apartheid Israel Occupation forces detain 2 Palestinians, injure Israeli activist in Kafr Qaddum clashes
QALQILIYA (Ma‘an) 30 Dec – Apartheid Israel Occupation forces Friday suppressed a weekly march in the village of Kafr Qaddum in the occupied West Bank district of Qalqiliya organized to protest Apartheid Israel Occupation settlement activity in the area, detaining two Palestinians and injuring an Israeli peace activist. Murad Shteiwi, the coordinator of the village’s popular resistance committee, told Ma‘an that Apartheid Israel Occupation forces “attacked” protesters by firing live bullets, rubber-coated steel bullets, sound bombs, and tear gas canisters into the crowd of demonstrators, injuring an Israeli peace activist, identified only as Amnon, with a rubber-coated steel bullet in his hand. Shteiwi added that Apartheid Israel Occupation forces also detained Palestinians Jameel al-Barghouti and Ghaleb Shteiwi during the protest and transferred them to an unknown location. Shteiwi said that the march was launched after Fatah called upon members of the revolutionary council, Fatah’s secretary in Nablus Jihad Ramadan, members of popular committees, and all Palestinians to resist the Apartheid Israel Occupation separation wall and settlement activities to mark the 52nd anniversary of what is officially recognized as the start of the Palestinian revolution on Jan. 1, 1965.
http://www.maannews.com/Content.aspx?id=774675

3) UN seeks millions in humanitarian aid for Palestinians in 2017
Haaretz 2 Jan by Amira Hass — The United Nations is asking donor countries to contribute over $500 million now so it can meet the urgent humanitarian needs of Palestinians whose homes and other buildings are liable to be demolished in the West Bank and East Jerusalem this year, assuming Apartheid Israel Occupation’s demolition policy doesn’t change. The money is also intended to fund legal advice and social and psychological assistance for people, especially children, who lose their homes to demolitions. Most demolitions take place in East Jerusalem and Area C, the 60 percent of the West Bank under full Apartheid Israel Occupation control. The UN says the money is needed in part to maintain Palestinians’ resilience in the face of Apartheid Israel Occupation pressure. In 2016, as of December 28, the Apartheid Israel Occupation authorities had razed or confiscated 1,089 Palestinian buildings in the West Bank and East Jerusalem. The demolitions, whose pretext was that the buildings were built without a permit, left 1,593 people homeless and impaired the livelihoods of another 7,101, according to the UN’s Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. This is the highest level OCHA has recorded since it began documenting demolitions in 2009. Altogether, the UN is seeking to raise $547 million to deal with humanitarian problems caused by Apartheid Israel Occupation policy in the West Bank and Gaza Strip in 2017; assistance for Palestinians whose homes are liable to be demolished is only one of many items on which the money would be spent. About 70 percent of the total is earmarked for the Gaza Strip, while 52 percent will be allocated to UNRWA, which assists Palestinian refugees. The latter sum would constitute only part of UNRWA’s total budget….
http://www.haaretz.com/Apartheid Israel Occupation-news/.premium-1.762518

4) Apartheid Israel Occupation court expected to sentence teenage Palestinian girl to 6 years in prison
JERUSALEM (Ma‘an) 1 Jan — The Apartheid Israel Occupation magistrate’s court in Jerusalem on Sunday postponed announcing a sentence for 16-year-old Manar Shweiki, accused of planning to carry out a stabbing attack against Israelis. The ruling was postponed until the court receives a report regarding her behavior over the course of the year that she has already served in Apartheid Israel Occupation custody. Nevertheless, Shweiki’s lawyer Mustafa Yahya said he already reached a plea bargain with the Apartheid Israel Occupation prosecution, according to which Shweiki will be sentenced to six years in prison. Shweiki was detained on Dec. 22, 2015 in the Wadi Hilweh area of Silwan in occupied East Jerusalem, when she was accused of planning to carry out a stabbing attack against Apartheid Israel Occupations. Apartheid Israel Occupation authorities claimed at the time that she was carrying a knife in her school bag. She is currently being held at Apartheid Israel Occupation’s HaSharon prison.
Manar’s prison sentence is the latest in an Apartheid Israel Occupation crackdown on young Jerusalemite Palestinians, many of them women, who have been accused of involvement in attacks, while Apartheid Israel Occupation authorities have ordered lengthy prison sentences for Palestinians as young as 14 years old.
http://www.maannews.com/Content.aspx?id=774696

5) Palestinians in West Bank and Gaza commemorate Fatah’s 52nd anniversary
BETHLEHEM (Ma‘an) 31 Dec — Supporters of the Fatah movement held rallies in the occupied West Bank and besieged Gaza Strip Saturday to commemorate the 52nd anniversary of the Palestinian revolution and the establishment of Fatah, with intraparty clashes breaking out at a celebration in Gaza City. Jan. 1, 1965 has been officially recognized as the start of the longstanding Palestinian revolution against Apartheid Israel Occupation colonization of Palestinian lands, refugee rights, and the ensuing Apartheid Israel Occupation, now entering its 50th year. The year was marked by the founding of the Fatah national party and the first Palestinian attack on Apartheid Israel Occupation military targets. In a televised speech Saturday evening on the occasion of the anniversary, Abbas addressed the newly passed UN Security Council resolution 2334, and demanded Apartheid Israel Occupation to stop all settlement activities and to avoid making any changes to the demographic situation of “the land of the state of Palestine which has been occupied since 1967, including East Jerusalem.” He reiterated that the Palestinian Authority would continue to extend a hand for peace, but won’t accept interim solutions or a Palestinian state with interim borders. The Apartheid Israel Occupation government, he said, “has been trying to overturn facts and mislead the international community while continuing to establish colonies maintaining one state solution and racial discrimination.”
Earlier Saturday afternoon, thousands gathered at Gaza City’s Unknown Soldier Square for a torch-lighting ceremony to commemorate the anniversary. … However, amid the celebrations, clashes broke out between supporters of Palestinian President and Fatah Chairman Mahmoud Abbas and supporters of his rival Mohammed Dahlan, formerly a Fatah strongman in the Gaza Strip who has been dismissed from the movement. Supporters of each side tried to overpower each other at the Unknown Soldier’s statue, sparking heated arguments that developed into clashes with batons and fireworks. Head of the Emergency Department of al-Shifa Hospital in Gaza City confirmed that 11 people were treated for minor wounds and cuts as a result of the clashes….
http://www.maannews.com/Content.aspx?id=774690

6) With clock ticking, Palestinians pin hopes on Paris summit
RAMALLAH (AP) 30 Dec — After a pair of diplomatic victories, the Palestinians are now setting their sights on a Mideast peace conference in France next month in a bid to rally support as they prepare for the uncertainty of the Trump administration. The Palestinians are hopeful that a strong international endorsement in Paris will insulate them from what they fear will be a close alliance between President-elect Donald Trump and Apartheid Israel Occupation Prime Minister Benjamin Netanyahu. With their hopes for gaining independence in a deep freeze, the Palestinians had a rare week of optimism. First, the U.S. allowed the U.N. Security Council to adopt Resolution 2334, which declared Apartheid Israel Occupation settlements on occupied lands illegal. Then, U.S. Secretary of State John Kerry delivered a farewell speech that harshly criticized Apartheid Israel Occupation settlements, saying Apartheid Israel Occupation’s continued construction was imperiling hopes for a peace agreement and endangering the country’s democracy. Palestinian officials say they are now counting on the French-hosted Mideast peace conference to build on the momentum and set clear terms of reference for any future negotiations with Apartheid Israel Occupation. Some 70 nations are expected to attend, although Apartheid Israel Occupation and the Palestinians will not be participating. “The tools we have now are Security Council Resolution 2334, the Kerry speech and the Paris conference,” said Husam Zumlot, a senior adviser to Palestinian President Mahmoud Abbas. He said the Palestinians would seek to make the resolution “a base for any political initiative.” The Palestinians seek the West Bank and east Jerusalem, territories captured by Apartheid Israel Occupation in the 1967 war, for an independent state. They say that Apartheid Israel Occupation settlements in these areas, now home to about 600,000 Israelis, are threatening their hopes for independence by taking in lands where they hope to establish their state. The latest U.N. resolution, along with Kerry’s speech, essentially endorsed the Palestinian position by calling for the pre-1967 lines to serve as the reference point for a final border….
http://www.foxnews.com/world/2016/12/30/with-clock-ticking-palestinians-pin-hopes-on-paris-summit.html

7) 6.58 million each: Palestinians claim they’ll be as numerous as Jews in ‘historic Palestine’ in 2017
Times of Israel 29 Dec by Stuart Winer — The number of Palestinians living in Apartheid Israel Occupation, the West Bank and the Gaza Strip is expected to rise to equal the number of Jews in the same area by the end of 2017, at 6.58 million, the Palestinian Central Bureau of Statistics claimed in figures it released on Thursday. Titled “Palestinians at the end of 2016” (Arabic and English) the report estimated that there are 6.41 million Palestinians living in “historical Palestine” — considered by the PCBS to be the area from the Jordan River to the Mediterranean Sea, a figure that apparently includes the 1.8 million Arab Israelis. The PCBS has been responsible for providing Apartheid Israel Occupation with demographic data for the West Bank since the 1993 Oslo Accords. The Apartheid Israel Occupation Defense Forces also relies on the figures. “The number of Palestinians and Israelis will be equal at the end of 2017,” the PCBS report said, using the term “Israelis” to refer only to Jewish citizens of Apartheid Israel Occupation. “However, the number of Palestinians in historical Palestine will total 7.12 million compared to 6.96 million Israelis by the end of 2020.” … ….
http://www.timesofisrael.com/6-58-million-each-palestinians-claim-theyll-be-as-numerous-as-jews-in-historical-palestine-next-year/

8) IDF soldier convicted of manslaughter in divisive Hebron shooting case

IDF chief expresses little sympathy ahead of verdict in Hebron shooter case


Follow Live: Apartheid Israel Occupation holds breath as verdict due in Hebron shooter trial

Verdict delivered in nearly 8-month case surrounding March 2016 incident in which IDF soldier Elor Azaria was filmed shooting a seemingly incapacitated Palestinian terrorist.
(IDF soldier shoots dead subdued Palestinian terrorist in Hebron, part of Elor Azaria case)
An IDF soldier accused of unnecessarily killing a Palestinian terrorist who was already wounded and subdued was convicted of manslaughter at the Kiriya military court in Tel Aviv on Wednesday.

The trial of IDF Sgt. Elor Azaria, who was caught on film shooting Palestinian stabbing assailant Abdel Fatah Sharif in Hebron on March 24, has divided the nation, as was evidenced by the violent clashes between police and Azaria supporters outside the courtroom.

A panel of three judges determined after the contentious eight-month trial that Azaria’s shooting of Sharif was not justified. Sentencing was due to be handed down at a later date.

The judges rejected Azaria’s claims that he had acted in self-defense, fearing that Sharif may have been wearing an explosives vest.

They pointed to testimony of several people on the scene that Azaria had originally said that Sharif needed to be killed out of revenge for stabbing a soldier. Only later did Azaria’s defense come up with the story that he feared Sharif may still be dangerous, the judges said.

The judges took more than two hours delivering their verdict, shooting down the defense’s claims one after the other. (Apartheid Israel Occupation awaits verdict in divisive shooting case)

The judges focused on testimony of a fellow soldier and friend of Azaria, who testified that the defendant had told him he carried out the shooting for revenge. The defense’s cross examination of the soldier had failed to knock down this testimony, the judges contended.

Azaria’s admission, spontaneously,that he killed out of revenge is uniquely, objectively credible, Judge Maya Heller said, adding that he did not mention fear of an explosive device on the spot, but only after the fact.

The court also accepted paramedic DS’s testimony that Azaria never mentioned a bomb, saying she had no incentive to lie. In addition, the judges added that Azaria had been evasive of many questions during cross-examination.

The judges did not mention three former IDF generals who testified on Azaria’s behalf.

Heller stated that the judges rejected the defense’s claim that his commanding officer had hit him, and therefore testified against him. They also rejected a psychological report the defense filed to prove that Azaria was not in his right mind when he shot Sharif and gave his original version of the story, which he later changed.

The judges rejected the defense’s attempts to call the authenticity of the video of the incident into question. They said the video was authentic and showed evidence against Azaria, even though it was taken by B’Tselem.

Heller said that Azaria acted coldly and was calculated, taking time clearing people away before he shot. He did not act as if he was facing immediate danger.

Immediately after the announcement of the verdict, Azaria’s lawyer, Ilan Katz, said that he would appeal.

The case emerged after the March 24, 2016 incident that saw two Palestinians attack two Apartheid Israel Occupation soldiers at the Tel Rumeida checkpoint in Hebron at around 8 a.m.

One of the soldiers was stabbed by Sharif, who was then shot and wounded, falling to the ground almost motionless, while the other Palestinian, Ramzi Kasrawi, was killed on the spot (according to most accounts).

Around 10 minutes after the incident appeared to be over, Apartheid Israel Occupation army medic Azaria arrived on the scene and appeared to shoot Sharif in the head as he lay nearly motionless on the ground.

The entire incident was caught on an extended video released by left-wing NGO B’Tselem, which showed so much detail leading up to the incident that the IDF could not claim that Azaria had been lunged at or was otherwise exercising any traditional notion of self-defense as is usually claimed in such controversial incidents.

The video went viral, drawing international condemnation, and unusually, immediate classification as murder by then-defense minister Moshe Ya’alon and IDF Chief-of- Staff Gadi Eisenkot. Prime Minister Benjamin Netanyahu also condemned Azaria, though he did not use the word “murder.”

Azaria was immediately arrested and brought to court in handcuffs.

But within a few days, other videos and information emerged showing that others on the scene had suspected and yelled that Sharif might be wearing a concealed explosive vest under his black jacket, potentially creating a self-defense argument for Azaria.

http://www.jpost.com/Apartheid Israel Occupation-News/Hebron-shooter-verdict-477426

9) Clashes erupt outside Tel Aviv court ahead of verdict for Hebron shooter

Follow Live: Apartheid Israel Occupation holds breath as verdict due in Hebron shooter trial

Several few hundred demonstrators gather at Azrieli junction for the rally with supporters shouting chants of “Terrorists need to die!”; 2 arrested.

Clashes erupt outside Tel Aviv court ahead of verdict for Hebron shooter. (photo credit:REUTERS)
Clashes broke out Wednesday among demonstrators outside the Kiriya military court in Tel Aviv ahead of the verdict in the divisive case of IDF Sgt. Elor Azaria, who sparked a nation-wide debate after shooting a subdued Palestinian assailant last year in Hebron.

Be the first to know – Join our Facebook page.
(Azaria supporters clash with police outside courtroom)

While waiting for around three hours to hear the final verdict, protesters clashed with police and some shoved the media – other’s cried and pledged that the fight for Azaria’s release is not over.

Before the conviction was reached it became apparent to many of the protestors, around 200 gathered on Wednesday, that Azaria would be convicted for shooting, Abdel Fatah Sharif in Hebron on March 24, who was immobilized after attempting to stab IDF soldiers.

“How can a terrorist be considered a victim and a soldier be considered a murderer? Only in Apartheid Israel Occupation,” Azaria supporter Idal told The Jerusalem Post.

Surrounding Idal were men, women, and teenagers, many draped in Apartheid Israel Occupation flags yelling at the top of their lungs, “Free Azaria!” and “Terrorist need to be killed!” others shouted “The media are terrorists!”

Protestors stormed a police barricade around 11 a.m., spilling into the busy, adjacent thoroughfare and temporarily closing the Shalom exit from the country’s central Route 2.

Far-right activists Benzi Gopstein, Baruch Marzel along with a few dozen members of the “La Familia” soccer fan club, known for sparking violence, and the Lahava anti-Arab organization were also in attendance. Four protesters were arrested, while the majority of clashes between police and protesters appeared to come from La Familia and Lahava members.

Yoav Eliasi, known by his stage name “The Shadow,” is a leader of the far-right movement that was prevalent among some of the protestors on Tuesday. “I’m here to support the IDF solider who has been accused of protecting his people,” Eliasi said, “This conviction is a great shame to the Apartheid Israel Occupation Army and the Israeli people. I think the court is always wrong in Apartheid Israel Occupation.”

When the decision was finally reached, mothers among the protestors cried and lambasted the Netanyahu government and the IDF, especially IDF Chief of Staff Gadi Eizenkot and former Chief of Staff Moshe Ya’alon.

“Elor is like my son, I have two kids in the army and one more coming,” said Yaakov Binyamin Hacohen said, “I blame Bibi, it’s not the army – it’s the leadership.”

“I support him as a soldier and as a man,” said Aaron Dahan, 18, “He was under a huge amount of pressure, he is young man. This verdict came because Apartheid Israel Occupation is scared of what the world will think of us.”

The clashes occurred as the whole country and many international observers waited for the three-judge panel to hand down the verdict. Nearly eight-months of legal proceedings ensued after the incident in which two Palestinians attacked two Apartheid Israel Occupation soldiers in Hebron.

Protestors stormed police barricade pic.twitter.com/FQHW8H4vcG
— Eliyahu Kamisher (@Eli_DovBear) January 4, 2017

One of the soldiers was stabbed by Sharif, who was wounded and fell to the ground almost motionless, while the other Palestinian, Ramzi Kasrawi, was killed on the spot (according to most accounts).

Around 10 minutes after the incident appeared to be over, Apartheid Israel Occupation army medic Azaria arrived on the scene and shot Sharif in the head as he lay nearly motionless on the ground.

The entire incident was caught on an extended video released by left-wing NGO B’Tselem, which showed so much detail leading up to the incident that the IDF could not claim that Azaria had been lunged at or was otherwise exercising any traditional notion of self-defense as is usually claimed in such controversial incidents.

The video went viral, drawing international condemnation, and unusually, immediate classification as murder by then-defense minister Moshe Ya’alon and IDF Chief-of- Staff Gadi Eisenkot.

Zionist Union MK Omer Bar-Lev condemned the protestors as a “gang of raging delinquents.” “They are not ‘everyone’s children.’ If my children were acting the same way, I would first ask myself where I failed,” Bar-Lev said on his official Twitter account on Wednesday.

http://www.jpost.com/Apartheid Israel Occupation-News/Clashes-erupt-outside-Tel-Aviv-court-as-verdict-looms-for-Hebron-shooter-477429

10)

January 2, 2017 12:00AM EST
Apartheid Israel Occupation/Palestine: Some Officials Backing ‘Shoot-to-Kill’
Calls for Extrajudicial Killings of Palestinian Suspects Proliferate
Languages
Available In
• العربية
• English
• Français
• עברית
(New York) – Some senior Apartheid Israel Occupation officials have been encouraging Apartheid Israel Occupation soldiers and police to kill Palestinians they suspect of attacking Israelis even when they are no longer a threat, Human Rights Watch said today in an analysis of those statements. Other Apartheid Israel Occupation officials have failed to repudiate the calls for excessive use of force.

Human Rights Watch has documented numerous statements since October 2015, by senior Apartheid Israel Occupation politicians, including the police minister and defense minister, calling on police and soldiers to shoot to kill suspected attackers, irrespective of whether lethal force is actually strictly necessary to protect life.

Expand
Apartheid Israel Occupation emergency personnel and security forces work at the scene of what Apartheid Israel Occupation police said was a stabbing attack by two Palestinians on two Israelis in the West Bank Jewish settlement of Beit Horon near Jerusalem on January 25, 2016.
© 2016 Reuters

“It’s not just about potentially rogue soldiers, but also about senior Apartheid Israel Occupation officials who publicly tell security forces to unlawfully shoot to kill,” said Sari Bashi, Apartheid Israel Occupation advocacy director at Human Rights Watch. “Whatever the results of trials of individual soldiers, the Apartheid Israel Occupation government should issue clear directives to use force only in accordance with international law.
Elor Azaria, a 20-year-old Apartheid Israel Occupation soldier, is on trial for the March 24, 2016, fatal shooting of 21-year-old Abd al-Fatah al-Sharif. Al-Sharif stabbed and wounded an Apartheid Israel Occupation soldier in the West Bank city of Hebron. At issue in the trial is Azaria’s shooting of Sharif after he had been shot and injured by Apartheid Israel Occupation security officials.
There have been more than 150 instances since October 2015 in which security forces fatally shot Palestinian adults and children suspected of trying to stab, run over, or shoot Israelis in Apartheid Israel Occupation and the West Bank. During that time, Palestinian assailants have killed 33 Israelis, including passersby and security officials, in Apartheid Israel Occupation and the West Bank. Human Rights Watch has repeatedly condemned Palestinian attacks against Israeli civilians.
International human rights law limits the intentional lethal use of firearms – shooting to kill – to circumstances in which it is strictly necessary to protect life, and in which no other, less extreme, option is viable. The Apartheid Israel Occupation open fire regulations do not note this limitation but do limit shooting at a person’s torso or head to situations in which it is necessary to prevent an imminent threat of death or serious bodily injury.
However, the calls by officials – and the apparent conduct of some soldiers and police – deviate from both international standards and the Apartheid Israel Occupation rules of engagement. With some notable exceptions, senior Apartheid Israel Occupation officials, including those who command security officers, have in some cases called for excessive use of force and in other cases failed to condemn such calls by others.

In one example, following a stabbing attack that injured two Israeli passersby in West Jerusalem on October 10, 2015, police fatally shot the 16-year-old Palestinian suspect. Jerusalem Police District Commander Moshe Edri told reporters that those who carry out attacks should be killed: “The police are doing their job and arriving quickly. Within less than a minute and a half, the attacker had already been killed. Everyone who stabs Jews or harms innocent people – should be killed.” Whatever justification may or may not have existed for shooting the child, Edri’s final statement appears to be a call to kill all persons who use violence, even after they no longer pose a threat.

In October 2015, a radio interviewer asked Apartheid Israel Occupation Police Minister Gilad Erdan if he agreed with a statement by a lawmaker from an opposition party that “if a terrorist has a knife or screwdriver in his hand, you should shoot to kill him without thinking twice.”
Erdan said yes: “Definitely. The question of course depends on the circumstances. There are clear instructions to the Apartheid Israel Occupation police. As soon as a police officer feels danger to himself or any other citizen, he needs to shoot according to the regulations. It’s clear. We don’t want to endanger any citizen or police officer. And also, every attacker who sets out to inflict harm should know that he will likely not survive the attack.”
In contrast, the army Chief of Staff Maj. Gen. Gadi Eisenkot gave a clear admonition to follow the Apartheid Israel Occupation military’s rules of engagement, telling a group of students on February 17, 2016, that “the IDF [Apartheid Israel Occupation Defense Forces] cannot speak in slogans such as, ‘if someone comes to kill you, arise to kill him first.’ A soldier can only unlock the safety catch if there is a threat to him or his fellow soldiers … I don’t want a soldier to empty a magazine on a girl holding scissors.”
The next day, two 14-year-old Palestinians were arrested after allegedly fatally stabbing an Apartheid Israel Occupation soldier and injuring a passerby in a supermarket in the West Bank. Transportation Minister and cabinet member, Yisrael Katz, of Prime Minister Benjamin Netanyahu’s Likud party, referred to the incident on Facebook, saying that: “The attackers were caught and remained alive. I hope that the statements of the chief of staff, whom I appreciate and commend, against the automatic shooting of minors, were not misunderstood, causing hesitation and endangering lives. Because sometimes the message is greater than the words. The restrictions and codes are clear, but we cannot let attackers remain alive, risking the lives of Jews.”
In the wake of the publication of a video of the al-Sharif killing, Apartheid Israel Occupation officials, including Netanyahu, then-Defense Minister Moshe Yaalon, and Eisenkot affirmed the need to obey the Apartheid Israel Occupation military’s rules of engagement, which limit the use of force to situations in which there is a threat of death or serious bodily injury and, in some circumstances, to stop fleeing suspects. Yaalon, however, was soon replaced by the current defense minister, Avigdor Lieberman, who in October 2015, when he was an opposition member of the Knesset, the Apartheid Israel Occupation Parliament, wrote on his Facebook page that the government should adopt a policy that “no attacker, male or female, should make it out of any attack alive.”
Given the prevalence and prominence of statements encouraging security forces to shoot to kill even when not strictly necessary to protect life, and persistent and credible allegations of excessive use of force, Netanyahu and senior security officials should issue strong public and private admonitions to intentionally use lethal force only when strictly necessary to protect life.

Expand
Apartheid Israel Occupation security forces inspect the scene where a Palestinian, who the Apartheid Israel Occupation military said tried to stab soldiers, was shot dead at Gush Etzion junction, south of the West Bank city of Bethlehem on March 18, 2016.
© 2016 Reuters
The authorities should regulate the use of force by soldiers and police and conduct credible investigations of all cases in which suspicions of excessive use of force, including extrajudicial killings, arise. The authorities should also change the rules of engagement to limit intentionally lethal use of force to situations in which it is strictly necessary to protect life, in accordance with international standards.
“Now is the perfect moment for the top officials of the country to repudiate the shoot-to-kill rhetoric and clearly outline the limitations on soldiers and police opening fire to kill,” Bashi said.
The Use of Lethal Force
Statements by senior Apartheid Israel Occupation officials, including those at the top of the chain of command, encourage violation of both the international standards regarding the use of force as well as the rules of engagement that Apartheid Israel Occupation issues to its soldiers and police officers. In some cases, officials directly responsible for the conduct of law enforcement officers have publicly encouraged them to kill rather than to arrest suspected attackers when feasible. In other cases, senior political and religious officials who are employed and paid by the government have encouraged the killing of suspected Palestinian attackers, and other senior officials have failed to repudiate those statements.
In many of the more than 150 cases since October 2015, in which Apartheid Israel Occupation security forces fatally shot Palestinians who allegedly attacked or tried to attack Apartheid Israel Occupations with knives, guns, or motor vehicles, video footage and/or witness accounts raise serious questions about the necessity of the use of lethal force. Amnesty International, the Palestinian human rights group Al Haq and a coalition of nine Israeli human rights groups have called on Apartheid Israel Occupation officials to rein in excessive use of force. Citing video footage, forensic evidence, and eyewitness accounts in many of the more than 150 cases in which security officials lethally shot suspected attackers, the groups have said that security forces appear to have killed Palestinians after they no longer posed a threat, killed Palestinians who did not appear to be carrying out an attack at all, or used lethal force to subdue attackers when non-lethal force would have sufficed.
While the Apartheid Israel Occupation authorities conduct criminal investigations into every fatal shooting of Palestinians by security forces in the West Bank, Azaria is the only security officer to face trial for the shooting death of a Palestinian in the past year.
In October 2015, the Association for Civil Rights in Apartheid Israel Occupation wrote to Apartheid Israel Occupation’s attorney general, expressing concern about official endorsements of a shoot-to-kill policy and demanding investigations into two alleged cases of excessive use of force. In a response letter, the Attorney General’s Office affirmed the need to follow the rules of engagement and said that the attorney general had reminded police and government officials to do so. “Shooting after the threat of harm to life or limb has already been thwarted would violate the provisions of the law,” the letter said.
Rabbis, Lawmakers
Yet official endorsement of a shoot-to-kill policy continues.
Rabbi Yitzhak Yosef, who holds the state-funded, statutory position of Apartheid Israel Occupation’s Chief Sephardic Rabbi, said in a March 12, 2016 sermon, partly in response to Eisenkot’s admonition to limit the use of lethal force, that the Bible authorizes a shoot-to-kill policy: “‘Whoever comes to kill you, rise up and kill him first.’ … let them afterward take you to the High Court of Justice or bring some military chief of staff who will say something else … As soon as an attacker knows that if he comes with a knife, he won’t return alive, it will deter them. That’s why it’s a religious commandment to kill him.”
The Sephardic Chief Rabbi does not command police or soldiers, but he heads the Supreme Rabbinical Tribunal and is tasked with advising on the interpretation of religious law. He is chosen by a committee composed of public officials and more junior state-appointed rabbis and is the state-appointed authority on religious law for the roughly half of Jewish Israelis of Arab or Eastern descent. Netanyahu did not publicly repudiate Yosef’s statement.

Such statements are also coming from politicians inside Netanyahu’s government. For example, Bezalel Smotrich of the Jewish Home Party, part of Netanyahu’s coalition, said in a February 2016 speech in the Knesset that: “An attacker who sets out to kill a Jew because he’s a Jew, whatever his age, does not make it out alive. Period.” Smotrich has repeated that statement multiple times since then on social media. Another lawmaker, Naavah Boker, from Netanyahu’s Likud party, said in an interview on April 21, 2016 that: “A terrorist should simply be killed,” also quoting the Biblical passage that “whoever comes to kill you, rise up and kill him first.”
In July, Eisenkot reaffirmed his support for the incoming Chief Military Rabbi, Eyal Karim, after records came to light showing that, in 2003, Karim told religious followers that “suicide attackers who have been injured, should be killed.” Eisenkot distanced himself from that statement and others considered contrary to the military’s policy but confirmed that he would still give Karim the army’s top religious post. In August, female lawmakers from the left-wing Meretz party petitioned Apartheid Israel Occupation’s Supreme Court to block the appointment, citing Karim’s statements against integrating women in the army and negative comments he made about the LGBT community and non-Jewish soldiers. The petition was withdrawn after Karim articulated more moderate positions consistent with IDF policy on the above-mentioned issues. He did not address or repudiate his statements about killing “attackers who have been injured”. On December 2, 2016, he was sworn in as the Chief Military Rabbi.
Public Opinion, Support
According to Apartheid Israel Occupation’s Central Bureau of Statistics, about half of Jewish Israelis define themselves as religious or traditional, not including ultra-Orthodox Jews, who usually do not serve in the army. Conscription for non-ultra-Orthodox Jewish men is universal. Most soldiers are in their teens or early 20s, and after a few months of basic training, they can be sent to serve in the occupied West Bank.

Expand
Apartheid Israel Occupation security forces gather near the scene of a stabbing attack at Qalandia checkpoint near the West Bank city of Ramallah on September 30, 2016.
© 2016 Reuters
In an August 2016 poll by the Apartheid Israel Occupation Democracy Institute, 47 percent of Jewish Apartheid Israel Occupationis said they agreed with the statement that “any Palestinian who carries out a terror attack against Jews should be killed on the spot, even if he has been captured and clearly does not pose a threat.” Among young people ages 18 to 24, the age of most soldiers, support for that statement stood at 69 percent. In addition, 72 percent of Israeli Jews of all ages who identified as religious or traditional agreed with that statement.
In the past, most prominently during the 2005 “disengagement” from the Gaza Strip, soldiers who have refused to obey the orders of their commanders to withdraw from territory or dismantle Apartheid Israel Occupation settlements have cited rabbinical commandments as justification.

https://www.hrw.org/news/2017/01/02/Apartheid Israel Occupation/palestine-some-officials-backing-shoot-kill

(((This is the Enlightened Voice for Free Palestine,
with the Tanweer Forum, Nablus, occupied Palestine)))
Editor in chief Dr. Yousef Abdulhaq
Dr. abraham speaking..
with research by the : groups.yahoo.com/group/f_shadi Shadi Fadda

Thanking you for your attention
Plz stay humanized..

Live broadcasts Friday and Sunday 7 pm in Palestine,
Italy/Europe time is at 6 pm, and
Noon time in Montréal/EST
For live transmissions with Dr. abraham..
Repeat transmissions daily are continued and archived by http://radio.nuovaresistenza.org

2017-01-06

((Voici la voix pour la Renaissance d’une Palestine libre, avec le Forum Tanweer, Naplouse, à Palestine occupée. ((Avec cette voix sur Nuova Resistenza.org Radio nous laissons tout le monde à savoir l’actualité de la politique raciste agressive de l’alliance impérialiste américano-sioniste, dans ses guerres et de l’occupation contre la Palestine et d’autres Nations, tout en utilisant une analyse matérialiste historique. Nous appelons toutes les personnes humanisés dans notre monde à être unis pour faire face à cette alliance réactionnaire et à construire un monde humanisé sur la base de la liberté, la démocratie, l’égalité, la justice sociale avec la dignité pour tous les êtres humains partout dans le monde, quelle que soit sa religion, la couleur, l’origine, la culture ou le gendre. Nous avons besoin de la Liberté, l’Égalité et la Réciprocité.

Les diffusions en direct vendredi et dimanche 19 heures en Palestine,
Le temps l’Italie/Europe est à 18 heures, et
Le temps de midi à Montréal/EST
Pour la diffusion en direct avec le Dr abraham ..
Diffusions répétées sont quotidiennement poursuivies et archivés par http://radio.nuovaresistenza.org

1) 2016: une année mortelle dans le territoire palestinien occupé et l’occupation de l’apartheid en Israël
BETHLEHEM (Ma’an) 1 Jan 2017 – L’année écoulée a été l’une des plus mortelles et des plus violentes de ces dernières années pour les Palestiniens vivant en Cisjordanie occupée et assiégée la bande de Gaza. En 2016 seulement, plus de 100 Palestiniens ont été tués, la majorité des hommes tués par les forces d’occupation de l’apartheid israélien. La vague de violence, appelée «l’Intifada de Jérusalem», a commencé en octobre 2015 et a vu 246 Palestiniens tués par les occupations de l’apartheid israélien, avec 135 Palestiniens tués entre octobre et décembre 2015 seulement. Depuis que la violence a commencé, Ma’an a recueilli des données sur chaque personne décédée dans le cadre de ce dernier chapitre du conflit occupation-palestinien de l’apartheid israélien.
En 2016, Ma’an a enregistré les décès d’un total de 129 individus du 1er janvier au 31 décembre 2016. Parmi ces morts, 111 étaient palestiniens (86% des décès), 15 israéliens (11,6% des décès) Et trois étaient des ressortissants étrangers (2,3% des décès) – un Américain, un Soudanais et un Jordanien. Parmi les Palestiniens tués, 97,3% ont été tués par les occupations de l’apartheid israélien. L’un d’entre eux a été tué alors qu’il tenait une bombe à tuyaux qui a explosé prématurément, un autre lors d’un attentat à la bombe mortelle, et un autre a été tué par un autre Palestinien dans une attaque de tir.
De l’apartheid Israël Occupations tuées, 93,3 pour cent ont été tués par des Palestiniens, avec un soldat de l’occupation de l’Apartheid Israël tué par l’Apartheid Israël Occupation feu amical. Neuf Israéliens (60% des morts) ont été tués au cours d’attentats. La violence a été en grande partie caractérisée par des attaques à petite échelle et des tentatives d’attentats contre les forces armées de l’occupation de l’apartheid israélien, avec 55 (49,5%) des Palestiniens tués par les occupations de l’apartheid israélien tués lors de coups de couteau et de tentatives d’attaques. A partir des statistiques, un portrait général émerge du Palestinien moyen qui est mort au cours de cette période: un jeune homme de sa fin de l’adolescence ou du début de la vingtaine du district de Cisjordanie d’Hébron tué par les forces de sécurité de l’occupation de l’apartheid israélien. Sur tous les Palestiniens tués, 34 (30,6%) provenaient du district d’Hébron. Géographiquement parlant, la majorité des morts palestiniens – 82 pour être exact – a eu lieu en Cisjordanie, tandis que 17 ont eu lieu dans la ville de Jérusalem, sept dans la bande de Gaza assiégée et cinq en Israël. Parmi les personnes tuées à Gaza se trouvaient deux enfants palestiniens âgés de neuf et six ans tués par un attentat contre l’occupation de l’apartheid israélien. Tandis que 12 femmes et filles palestiniennes ont été tuées – dont 10 alors que, prétendument ou en fait, menaient des attaques – la grande majorité des victimes étaient des hommes et des garçons palestiniens. Sur les 111 Palestiniens tués, 99 étaient des hommes. Selon les archives de Ma’an, l’âge moyen des Palestiniens tués était de 23 ans. Cependant, l’âge de décès le plus fréquent était de 17 ans, et 14 jeunes palestiniens de cet âge ont perdu la vie au cours de la dernière année. (a continué)
Http://www.maannews.com/Content.aspx?id=774681

2) Les forces d’occupation de l’apartheid israélien arrêtent 2 Palestiniens, blessent un militant israélien dans les affrontements de Kafr Qaddum
Les forces d’occupation ont réprimé vendredi une marche hebdomadaire dans le village de Kafr Qaddum dans le district occupé de Qalqiliya en Cisjordanie, organisé pour protester contre l’occupation de l’occupation de l’apartheid israélien dans la région, détenant deux Palestiniens et blessant un Palestinien. Militant pacifiste israélien. Murad Shteiwi, coordinateur du comité de résistance populaire du village, a déclaré à Ma’an que les forces d’occupation de l’apartheid israélien ont “attaqué” des manifestants en tirant des balles réelles, des balles en acier caoutchoutées, des bombes sonores et des cartouches de gaz lacrymogène Un activiste de la paix israélien, identifié seulement comme Amnon, avec une balle en acier revêtue de caoutchouc à la main. Shteiwi a ajouté que les forces d’occupation de l’apartheid israélien ont également arrêté les Palestiniens Jameel al-Barghouti et Ghaleb Shteiwi pendant la manifestation et les ont transférés à un endroit inconnu. Shteiwi a déclaré que la marche avait été lancée après que le Fatah eut appelé les membres du conseil révolutionnaire, le secrétaire du Fatah à Naplouse, le Jihad Ramadan, les membres des comités populaires et tous les Palestiniens à résister au mur d’isolement de l’Apartheid Israël Occupation. Est officiellement reconnu comme le début de la révolution palestinienne le 1er janvier 1965.
Http://www.maannews.com/Content.aspx?id=774675

3) L’ONU demande des millions d’aide humanitaire aux Palestiniens en 2017
Les Nations Unies demandent aux pays donateurs de contribuer plus de 500 millions de dollars maintenant pour répondre aux besoins humanitaires urgents des Palestiniens dont les maisons et autres bâtiments risquent d’être démolis en Cisjordanie et à Jérusalem-Est cette année , En supposant que la politique de démolition de l’Apartheid Israël Occupation ne change pas. L’argent est égalementOnt eu tendance à financer des conseils juridiques et une aide sociale et psychologique pour les personnes, en particulier les enfants, qui perdent leur maison à la suite de démolitions. La plupart des démolitions se déroulent à Jérusalem-Est et dans la zone C, 60% de la Cisjordanie sous le contrôle complet de l’occupation de l’apartheid en Israël. L’ONU dit que l’argent est nécessaire en partie pour maintenir la résilience des Palestiniens face à la pression d’occupation de l’apartheid Israël. En 2016, au 28 décembre, les autorités de l’occupation de l’apartheid Israël avaient rasé ou confisqué 1 089 bâtiments palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Les démolitions, dont le prétexte était que les bâtiments ont été construits sans permis, laissé 1 593 personnes sans abri et altéré les moyens de subsistance de 7 101 autres, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU. C’est le niveau le plus élevé qu’OCHA a enregistré depuis qu’il a commencé à documenter les démolitions en 2009. Au total, l’ONU cherche à amasser 547 millions de dollars pour faire face aux problèmes humanitaires causés par la politique d’occupation de l’apartheid Israël en Cisjordanie et dans la bande de Gaza en 2017; L’aide aux Palestiniens dont les foyers sont susceptibles d’être démolis n’est qu’un des nombreux éléments sur lesquels l’argent serait dépensé. Environ 70 pour cent du total est affecté à la bande de Gaza, tandis que 52 pour cent seront alloués à l’UNRWA, qui aide les réfugiés palestiniens. Cette dernière somme ne constituerait qu’une partie du budget total de l’UNRWA ….

http: //www.haaretz.com/Apartheid Israël Occupation-news / .premium-1.762518

4) Apartheid Israël Occupation tribunal devrait condamner adolescente fille palestinienne à 6 ans
La justice d’occupation de Jérusalem, à Jérusalem, a reporté dimanche l’annonce d’une condamnation pour Manar Shweiki, 16 ans, accusé d’avoir planifié une attaque à coups de couteau contre des Israëls. La décision a été reportée jusqu’à ce que la cour reçoive un rapport concernant son comportement au cours de l’année où elle a déjà servi dans la garde d’occupation d’Apartheid Israël. Néanmoins, l’avocat de Shweiki, Mustafa Yahya, a déclaré qu’il avait déjà conclu un plaidoyer avec l’accusation d’occupation de l’apartheid Israël, selon lequel Shweiki serait condamné à six ans de prison. Shweiki a été détenue le 22 décembre 2015 dans la région de Wadi Hilweh à Silwan, dans la Jérusalem-Est occupée, lorsqu’elle a été accusée d’avoir planifié une attaque de coups de couteau contre les occupations de l’apartheid Israël. Les autorités d’occupation de l’apartheid Israël ont affirmé à l’époque qu’elle portait un couteau dans son sac d’école. Elle est actuellement détenue à la prison HaSharon de l’Apartheid Israel Occupation. La peine de prison de Maharar est la dernière d’une répression contre les jeunes palestiniens de Jérusalem, dont beaucoup sont des femmes accusées d’avoir participé à des attaques, alors que les autorités d’occupation de l’Apartheid Israël ont ordonné

5) Des Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza célèbrent le 52ème anniversaire du Fatah
BETHLEHEM (Ma’an) 31 déc –
Supporters Du mouvement Fatah ont organisé des rassemblements dans la Cisjordanie occupée et ont assiégé la bande de Gaza samedi pour commémorer le 52e anniversaire de la révolution palestinienne et la création du Fatah, avec des affrontements intra-partiels éclatant lors d’une célébration dans la ville de Gaza. Le 1 er janvier 1965 a été officiellement reconnu comme le début de la longue révolution palestinienne contre l’occupation de l’apartheid Israël colonisation des terres palestiniennes, les droits des réfugiés, et l’occupation de l’apartheid Israël qui en découle, entrant maintenant dans sa 50e année. L’année a été marquée par la fondation du parti national Fatah et la première attaque palestinienne contre les objectifs militaires de l’Apartheid Israël Occupation. Lors d’un discours télévisé prononcé samedi soir à l’occasion de cet anniversaire, Abbas s’est adressé à la nouvelle résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies et a exigé que l’occupation de l’apartheid Israël arrête toutes les activités de colonisation et évite toute modification de la situation démographique du pays. État de Palestine qui a été occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est. ” Il a réitéré que l’Autorité palestinienne continuerait à étendre une main pour la paix, mais n’accepterait pas de solutions provisoires ou un Etat palestinien avec des frontières provisoires. Le gouvernement d’occupation de l’apartheid Israël «tente de renverser les faits et d’induire en erreur la communauté internationale tout en continuant à établir des colonies qui maintiennent une solution étatique et la discrimination raciale». Plus tôt samedi après-midi, -lighting cérémonie pour commémorer l’anniversaire. … Cependant, au cours des célébrations, des affrontements ont éclaté entre les partisans du président palestinien et du président du Fatah, Mahmoud Abbas, et les partisans de son rival Mohammed Dahlan, autrefois un homme fort du Fatah dans la bande de Gaza qui a été renvoyé du mouvement. Les partisans de chaque côté ont essayé de se surpasser à la statue du soldat inconnu, sparking des arguments chauffés qui se sont transformés en affrontements avec des bâtons et des feux d’artifice. Chef du service des urgences de l’hôpital d’al-Shifa à la ville de Gaza a confirmé que 11 personnes ont été traitées pour des blessures mineures et des coupures à la suite des affrontements ….
http: //www.maannews.com/Content.aspx? Id =

6) Après une paire de victoires diplomatiques, les Palestiniens se fixent maintenant une conférence de paix au Moyen-Orient en France le mois prochain dans le but de rallier le soutien comme ils le font Préparer l’incertitude de l’administration Trump. Les Palestiniens espèrent qu’un fort soutien international à Paris les isolera de ce qu’ils craignent sera une étroite alliance entre le Président élu Donald Trump et le Premier ministre de l’Apartheid Israël, Benjamin Netanyahu. Avec leurs espoirs de gagner l’indépendance dans un profond gel, les Palestiniens ont eu une rare semaine d’optimisme. Premièrement, les États-Unis ont autorisé le Conseil de sécurité des États-Unis à adopter la résolution 2334, qui a déclaré illégales les colonies de l’occupation de l’apartheid Israël sur les terres occupées. Par la suite, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a prononcé un discours d’adieu qui a critiqué sévèrement les colonies d’occupation de l’apartheid Israël, affirmant que la construction continue de l’apartheid Israël menaçait les espoirs d’un accord de paix et mettait en danger la démocratie du pays. Les responsables palestiniens disent qu’ils comptent maintenant sur la conférence de paix organisée par les Français à Mideast pour tirer parti de l’élan et établir des termes de référence clairs pour toute future négociation avec l’occupation de l’apartheid Israël. Quelque 70 nations sont attendues, bien que l’occupation de l’apartheid Israël et les Palestiniens ne participent pas. “Les outils dont nous disposons actuellement sont la résolution 2334 du Conseil de sécurité, le discours de Kerry et la conférence de Paris”, a déclaré Husam Zumlot, conseiller principal du président palestinien Mahmoud Abbas. Il a dit que les Palestiniens chercheraient à faire de la résolution «une base pour toute initiative politique». Les Palestiniens cherchent la Cisjordanie et Jérusalem-Est, territoires capturés par l’occupation de l’apartheid Israël dans la guerre de 1967, pour un Etat indépendant. Ils disent que les colonies de l’occupation de l’apartheid Israël dans ces régions, maintenant à la maison à environ 600.000 Israëls, menacent leurs espoirs pour l’indépendance en prenant dans les terres où ils espèrent établir leur état. La dernière résolution de l’ONU, avec le discours de Kerry, a essentiellement approuvé la position palestinienne en appelant à ce que les lignes d’avant 1967 servent de point de référence pour une frontière finale.
Http: //www.foxnews.com/world/2016 /12/30/with-clock-ticking-palestinians-pin-hopes-on-paris-summit.html

7) 6,58 millions chacun: les Palestiniens prétendent qu’ils seront aussi nombreux que les juifs dans la «Palestine historique» en 2017
Temples d’Israël 29 Décembre
Le nombre de Palestiniens vivant dans l’occupation de l’apartheid Israël, de la Cisjordanie et de la bande de Gaza devrait augmenter pour atteindre le nombre de juifs dans la même région d’ici la fin de 2017, à 6,58 millions, le Bureau central palestinien De Statistiques prétendu dans les chiffres il a libéré jeudi. Intitulé «Palestiniens à la fin de 2016» (en arabe et en anglais), le rapport estime que 6,41 millions de Palestiniens vivent dans la «Palestine historique» – considérée par le PCBS comme étant la région du Jourdain à la Méditerranée, Qui comprend apparemment les 1,8 million d’Israëls arabes. Le PCBS a été chargé de fournir à l’Apartheid Israël Occupation des données démographiques pour la Cisjordanie depuis les accords d’Oslo de 1993. Les forces de défense d’occupation de l’apartheid Israël s’appuient aussi sur les chiffres. “Le nombre de Palestiniens et d’Israëls sera égal à la fin de 2017”, selon le rapport du PCBS, en utilisant le terme “Israëls” pour désigner uniquement les citoyens juifs de l’occupation de l’apartheid Israël. “Toutefois, le nombre de Palestiniens dans la Palestine historique totalisera 7,12 millions contre 6,96 millions d’Israëls d’ici la fin de 2020.” … ….
http: //www.timesofisrael.com/6-58-million-each

8) Soldat de Tsahal condamné pour homicide involontaire coupable dans un cas de tuer
Hebron •
Le chef des FDI exprime peu de sympathie avant le verdict à Hébron Shooter case • Suivez Live: L’occupation de l’apartheid Israël tient haleine comme le verdict dû dans le procès de tir de HebronVerdict livré dans un cas de près de 8 mois entourant l’incident de mars 2016 dans lequel le soldat Elf Azaria a été filmé tirant un terroriste palestinien apparemment incapable. Un soldat de Tsahal accusé d’avoir tué inutilement un terroriste palestinien déjà blessé et subjugué a été reconnu coupable d’homicide involontaire au tribunal militaire de Kiriya, à Tel-Aviv, mercredi.Le procès Du Sgt. Elor Azaria, qui a été pris sur le tournage d’un assassin palestinien Abdel Fatah Sharif à Hebron le 24 mars, a divisé la nation, comme en témoignent les violents affrontements entre police et partisans d’Azaria en dehors de la salle d’audience. Un groupe de trois juges a déterminé après le procès controversé de huit mois que le tir d’Azaria de Sharif n’était pas justifié. Les juges ont rejeté les allégations d’Azaria selon lesquelles il avait agi en légitime défense, craignant que Sharif n’ait porté un gilet d’explosifs. Ils ont souligné le témoignage de plusieurs personnes sur la scène que Azaria avait d’abord dit que Sharif avait besoin d’être tué par vengeance pour poignarder un soldat. Plus tard, la défense d’Azaria a soulevé l’histoire selon laquelle il craignait que Sharif ne soit toujours dangereux, ont déclaré les juges. Les juges ont pris plus de deux heures pour rendre leur verdict, abattant les prétentions de la défense l’une après l’autre. Les juges se sont concentrés sur le témoignage d’un camarade soldat et ami d’Azaria, qui a témoigné que le défendeur lui avait dit qu’il a mené la fusillade pour la vengeance. Les juges ont soutenu que l’admission de M. Zaria, spontanément, qu’il a tuée par vengeance est unique, objectivement crédible, a déclaré le juge Maya Heller, ajoutant qu’il ne mentionnait pas la crainte d’une Explosif sur place, mais seulement après le fait. La cour a également accepté le témoignage de paramédical DS que Azaria n’a jamais mentionné une bombe, disant qu’elle n’avait aucune incitation à mentir. Les juges ont ajouté qu’Azaria avait échappé à de nombreuses questions pendant le contre-interrogatoire. Les juges n’ont pas mentionné trois anciens généraux de l’IDF qui ont témoigné au nom d’Azaria. Heller a déclaré que les juges ont rejeté la prétention de la défense selon laquelle son commandant l’avait frappé , Et donc témoigné contre lui. Ils ont également rejeté un rapport psychologique de la défense déposée pour prouver qu’Azaria n’était pas dans son bon sens quand il a tiré Sharif et a donné sa version originale de l’histoire, qu’il a changé plus tard. Les juges ont rejeté les tentatives de la défense d’appeler l’authenticité de la vidéo De l’incident en question. Ils ont dit que la vidéo était authentique et a montré des preuves contre Azaria, même si elle a été prise par B’Tselem.Heller a dit que Azaria a agi froidement et a été calculé, en prenant le temps de dégager les gens avant de tirer. Immédiatement après l’annonce du verdict, l’avocat d’Azaria, Ilan Katz, a déclaré qu’il allait faire appel. L’affaire est apparue après l’incident du 24 mars 2016 qui a vu deux Palestiniens attaquer deux Apartheid Israël Un soldat a été poignardé par Sharif, qui a ensuite été blessé par balle, tombé au sol presque immobile, tandis que l’autre Palestinien, Ramzi Kasrawi, a été tué sur place ( Selon la plupart des comptes). Environ 10 minutes après l’incident semblait être terminée, l’armée d’occupation de l’apartheid Israël Azaria est arrivé sur les lieux et a semblé tirer Sharif dans la tête alors qu’il était presque immobile sur le sol. Une longue vidéo diffusée par l’ONG de gauche B’Tselem, qui a montré tant de détails qui ont mené à l’incident que l’armée Israël ne pouvait pas prétendre qu’Azaria s’était lancée ou exerçait autrement une notion traditionnelle de légitime défense, Dans des incidents aussi controversés. La vidéo est devenue virale, attirant la condamnation internationale et le classement immédiat et immédiat de meurtre par le ministre de la défense Moshe Ya’alon et le chef d’état-major Gadi Eisenkot. Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a également condamné Azaria, bien qu’il n’ait pas utilisé le mot «meurtre». Azaria a été immédiatement arrêté et traduit devant les tribunaux en menottes. Mais en quelques jours, d’autres vidéos et informations ont émergé montrant que d’autres sur la scène avaient soupçonné et A crié que Sharif pourrait porter un gilet d’explosif caché sous sa veste noire, créant potentiellement un argument d’auto-défense pour Azaria.

http: //www.jpost.com/Apartheid Israël Occupation-Nouvelles / Hébron-tireur-verdict-477426

9) Les affrontements éclatent devant la cour de Tel Aviv avant le verdict pour le tireur d’Hébron
• Reste en direct:
L’occupation de l’apartheid Israël retient l’haleine en raison du procès du tireur d’Hébron Plusieurs centaines de manifestants se rassemblent à la jonction Azrieli pour le rassemblement avec des partisans criant des chants de «Terroristes ont besoin de mourir! ; 2 arrêté. Des affrontements éclatent devant la cour de Tel Aviv avant le verdict pour le tireur d’Hebron. (Photo: REUTERS)
Des affrontements ont éclaté mercredi parmi les manifestants en dehors du tribunal militaire de Kiriya à Tel Aviv avant le verdict dans l’affaire de division du sgt. Elor Azaria, qui a suscité un débat national après avoir abattu un assaillant palestinien subjugué l’année dernière à Hébron.
(Les partisans d’Azaria s’entre choquent avec la police en dehors du tribunal)
En attendant environ trois heures pour entendre le verdict final, les manifestants se sont affrontés avec la police et certains ont poussé les médias – d’autres ont pleuré et promis que la lutte pour Azaria libération de la Jamaïque n’est pas terminée. Avant que la condamnation n’ait été prononcée, il est apparu à plusieurs des manifestants, autour de 200 rassemblés mercredi, qu’Azaria serait condamnée pour fusil, Abdel Fatah Sharif à Hébron le 24 mars, qui a été immobilisée après avoir tenté de poignarder les soldats de Tsahal. “Comment un terroriste peut-il être considéré comme une victime et un soldat être considéré comme un meurtrier? Seulement dans l’occupation de l’apartheid Israël “, a déclaré Idal, porte-parole de l’Azaria, à The Jerusalem Post. Le cercle d’Idal était composé d’hommes, de femmes et d’adolescents, nombreux dans les drapeaux d’occupation de l’apartheid Israël hurlant au sommet de leurs poumons. Les manifestants ont pris d’assaut une barricade de la police vers 11 heures, se déversant dans la rue animée et adjacente et fermer temporairement la sortie Shalom de la route centrale du pays 2. Les activistes d’extrême droite Benzi Gopstein, Baruch Marzel et quelques dizaines de membres du club de supporters «La Familia», connus pour avoir provoqué la violence, et l’organisation anti-arabe Lahava étaient également présents. Quatre manifestants ont été arrêtés alors que la majorité des affrontements entre la police et les manifestants semblaient Yoav Eliasi, connu sous son nom de théâtre “The Shadow”, est un leader du mouvement d’extrême-droite qui a prévalu parmi certains des manifestants mardi. “Je suis ici pour soutenir l’IDF Solider qui a été accusé de protéger son peuple “, a déclaré Eliasi,” Cette condamnation est une grande honte pour l’armée d’occupation de l’Apartheid Israël et le peuple Israël. Je pense que la cour a toujours tort dans l’occupation de l’apartheid Israël. “Quand la décision a été finalement atteinte, les mères parmi les manifestants ont pleuré et ont fustigé le gouvernement Netanyahu et les FDI, en particulier le chef d’état-major Gadi Eizenkot et l’ancien chef d’état-major Moshe Ya’alon . “Elor est comme mon fils, j’ai deux enfants dans l’armée et un autre à venir”, a déclaré Yaakov Binyamin Hacohen a dit: “Je blâme Bibi, ce n’est pas l’armée – c’est le leadership.” “Je le soutiens comme un soldat et comme Un homme “, a déclaré Aaron Dahan, 18 ans,” Il a été sous une énorme pression, il est jeune homme. Ce verdict est venu parce que l’occupation d’Apartheid Israël a peur de ce que le monde pensera de nous. “Les affrontements se sont produits pendant que le pays entier et beaucoup d’observateurs internationaux ont attendu le panneau de trois-juge pour donner le verdict. Près de huit mois de poursuites judiciaires ont eu lieu après l’incident où deux Palestiniens ont attaqué deux soldats de l’occupation de l’Apartheid en Israël à Hébron. Un des soldats a été poignardé par Sharif, qui a été blessé et est tombé au sol presque immobile, tandis que l’autre Palestinien, Ramzi Kasrawi, était Tué sur place (selon la plupart des comptes). Environ 10 minutes après l’incident semblait être terminée, l’armée d’occupation de l’apartheid Israël Azaria est arrivé sur les lieux et a tiré Sharif dans la tête alors qu’il était presque immobile sur le sol. L’intégralité de l’incident a été prise sur une longue vidéo diffusée par l’ONG de gauche B’Tselem, qui a montré tant de détails qui ont mené à l’incident que l’IDF ne pouvait pas prétendre qu’Azaria avait été lancé ou exerçait autrement une notion traditionnelle de soi La vidéo est devenue virale, attirant la condamnation internationale et le classement inusité et immédiat de meurtre par le ministre de la défense Moshe Ya’alon et le chef d’état-major Gadi Eisenkot de l’armée Israëlne. L’Union sioniste MK Omer Bar-Lev a condamné les manifestants en tant que «gang de délinquants rageurs». «Ils ne sont pas« les enfants de tout le monde. »Si mes enfants agissaient de la même manière, je me demandais d’abord où j’avais échoué», Compte Twitter sur mercredi.

http: //www.jpost.com/Apartheid Israël Occupation-Nouvelles / affrontements-éruption-dehors-Tel-Aviv-cour-comme-verdict-métiers-pour-Hebron-tireur-477429—

10) 2 Janvier 2017 12:00 AM EST
L’apartheid Israël Occupation / Palestine: Quelques fonctionnaires appuient le «Shoot-to-Kill» pour des exécutions extrajudiciaires de suspects palestiniens
(New York)
Les responsables de l’occupation Israël ont encouragé les soldats de l’Apartheid Israel Occupation et la police à tuer les Palestiniens qu’ils soupçonnent d’attaquer des Israëls même s’ils ne sont plus une menace, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui dans une analyse de ces déclarations. D’autres fonctionnaires de l’apartheid Israël n’ont pas réussi à repousser les appels à un usage excessif de la force.Human Rights Watch a documenté de nombreuses déclarations depuis octobre 2015, par de hauts responsables de l’occupation de l’apartheid Israël, y compris le ministre de la police et le ministre de la Défense, Pour tuer les personnes soupçonnées d’attaquer, indépendamment du fait que la force mortelle est réellement strictement nécessaire pour protéger la vie. Développer l’apartheid Israël Le personnel d’urgence et les forces de sécurité travaillent sur les lieux de l’Apartheid La police d’occupation Israël a déclaré que l’attaque de deux Palestiniens contre deux Israëls dans la colonie juive Israël de Beit Horon près de Jérusalem date du 25 janvier 2016. © 2016 Reuters «Il ne s’agit pas seulement de soldats potentiellement voyous mais aussi de l’apartheid Israël Les responsables de l’occupation qui disent publiquement aux forces de sécurité de tirer illégalement pour tuer “, a déclaré Sari Bashi, directeur de la défense de l’occupation de l’apartheid Israël chez Human Rights Watch. “Quels que soient les résultats des procès de soldats individuels, le gouvernement de l’occupation de l’apartheid Israël devrait émettre des directives claires pour utiliser la force seulement conformément au droit international.” Azaria, un soldat de l’occupation de l’apartheid Israël âgé de 20 ans, est jugé pour le 24 mars , 2016, tué mortellement à l’âge de 21 ans Abd al-Fatah al-Sharif. Al-Sharif a poignardé et blessé un soldat de l’occupation de l’apartheid Israël dans la ville de Hebron en Cisjordanie. A l’issue du procès, Azaria a tiré sur Sharif après avoir été abattu et blessé par les responsables de la sécurité de l’occupation de l’apartheid Israël. Depuis octobre 2015, plus de 150 personnes ont tué des enfants et des adultes palestiniens soupçonnés d’avoir tenté de poignarder, Courir ou tirer sur des Israëls dans l’occupation de l’apartheid Israël et la Cisjordanie. Pendant ce temps, des assaillants palestiniens ont tué 33 Israëls, dont des passants et des responsables de la sécurité, dans l’occupation de l’Apartheid Israël et la Cisjordanie. Human Rights Watch a condamné à maintes reprises les attaques palestiniennes contre des civils Israëlies. Le droit international des droits de l’homme limite l’utilisation intentionnelle et létale d’armes à feu – le tir à tuer – dans des circonstances où il est strictement nécessaire de protéger la vie et où aucune autre option moins extrême Est viable. L’apartheid Israël L’occupation des règlements en matière de lutte contre l’incendie ne tient pas compte de cette limitation, mais limite le tir au torse ou à la tête d’une personne dans des situations où il est nécessaire d’éviter une menace imminente de mort ou de lésions corporelles graves. La conduite apparente de certains soldats et de la police – s’écartent des normes internationales et des règles d’engagement de l’apartheid Israël. A quelques exceptions notables, les hauts responsables de l’occupation de l’apartheid Israël, y compris ceux qui commandent des agents de sécurité, ont dans certains cas réclamé un recours excessif à la force et, dans d’autres cas, n’ont pas condamné de tels appels. Deux passants Israëls à Jérusalem-Ouest le 10 octobre 2015, la police a abattu le suspect palestinien de 16 ans. Le commandant du district de police de Jérusalem Moshe Edri a déclaré aux journalistes que ceux qui mènent des attaques devraient être tués: «La police fait son travail et arrive rapidement. En moins d’une minute et demie, l’attaquant avait déjà été tué. Quiconque frappe des Juifs ou fait du mal à des personnes innocentes doit être tué. »Quelle que soit la justification qui a pu exister ou non pour avoir tiré sur l’enfant, la déclaration finale d’Edri semble être un appel à tuer toutes les personnes qui utilisent la violence, menace. En octobre 2015, un intervieweur radio a demandé au ministre Israël de la Police d’Occupation de l’apartheid, Gilad Erdan, s’il était d’accord avec une déclaration d’un député d’opposition: «si un terroriste a un couteau ou un tournevis à la main, Deux fois. “Erdan a dit oui:” Certainement. La question dépend évidemment des circonstances. Il y a des instructions claires à la police d’occupation de l’apartheid Israël. Dès qu’un policier se sent en danger pour lui-même ou pour tout autre citoyen, il doit tirer conformément aux règlements. C’est clair. Nous ne voulons pas mettre en danger un citoyen ou un policier. Et en outre, tout attaquant qui se met à infliger des dommages devrait savoir qu’il ne survivra probablement pas à l’attaque. »En revanche, le chef d’état-major de l’armée, le général Gadi Eisenkot, a clairement recommandé de suivre les règles de l’armée d’occupation de l’apartheid Israël Dire à un groupe d’étudiants le 17 février 2016 que «les Forces de Défense de l’Occupation de l’Apartheid d’Israël ne peuvent pas parler dans des slogans tels que« si quelqu’un vient vous tuer, se lever pour le tuer d’abord ». Débloquer la prise de sécurité s’il y a une menace pour lui ou ses collègues … Je ne veux pas qu’un soldat vide un magazine sur une fille tenant des ciseaux. »Le lendemain, deux Palestiniens de 14 ans ont été arrêtés après Prétendument fatalement poignarder un soldat d’occupation d’Israël d’Apartheid et de blesser un passant dans un supermarché en Cisjordanie. Le ministre des Transports Yisrael Katz, membre du parti Likoud du Premier ministre Benjamin Netanyahou, s’est référé à l’incident sur Facebook et a déclaré: “Les attaquants ont été pris et sont restés en vie. J’espère que les déclarations du chef d’état-major, que j’apprécie et félicite, contre le tir automatique de mineurs, n’ont pas été mal interprétées, provoquant des hésitations et mettant en danger des vies. Parce que parfois le message est plus grand que les mots. Les restrictions a»Après la publication d’une vidéo du meurtre d’al-Sharif, les officiels de l’occupation de l’apartheid Israël, dont Netanyahou, puis le ministre de la Défense Moshe Yaalon , Et Eisenkot a affirmé la nécessité d’obéir aux règles d’engagement de l’armée de l’apartheid Israël, qui limitent l’utilisation de la force à des situations où il existe une menace de mort ou de lésions corporelles graves et, dans certaines circonstances, d’arrêter de fuir des suspects. Yaalon fut bientôt remplacé par l’actuel ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, qui, en octobre 2015, lorsqu’il était membre de l’opposition de la Knesset, le parlement d’occupation de l’apartheid Israël, a écrit sur sa page Facebook que le gouvernement devrait adopter une politique qui Étant donné la prévalence et la proéminence de déclarations encourageant les forces de sécurité à tirer pour tuer même si ce n’est pas strictement nécessaire pour protéger la vie, et des allégations persistantes et crédibles d’usage excessif de , Netanyahou et les hauts responsables de la sécurité devraient publier de fortes mises en garde publiques et privées pour utiliser intentionnellement la force meurtrière uniquement lorsque cela est strictement nécessaire pour protéger la vie. Expansion de l’Apartheid Israël Les forces de sécurité inspectent la scène où un Palestinien, qui, selon l’armée de l’Apartheid Israël, a tenté de poignarder des soldats, a été abattu à la jonction Gush Etzion, au sud de Bethléem, en Cisjordanie, le 18 mars 2016. Les autorités devraient réglementer l’utilisation de la force par les soldats et la police et mener des enquêtes crédibles sur tous les cas où des soupçons d’usage excessif de la force, y compris d’exécutions extrajudiciaires, se produisent. Les autorités devraient également modifier les règles d’engagement afin de limiter l’usage de la force intentionnellement létale dans des situations où il est strictement nécessaire de protéger la vie, conformément aux normes internationales. “C’est le moment idéal pour les hauts responsables du pays de répudier De tirer à tuer et de décrire clairement les limites imposées aux soldats et à la police qui ouvrent le feu pour tuer », a déclaré M. Bashi. L’utilisation de la force meurtrière Les hauts fonctionnaires de l’occupation, y compris ceux qui sont au sommet de la chaîne de commandement, À la fois les normes internationales concernant l’utilisation de la force ainsi que les règles d’engagement que l’Apartheid Israël Occupation remet à ses soldats et aux policiers. Dans certains cas, les responsables directement responsables de la conduite des agents d’application de la loi les ont publiquement encouragés à tuer plutôt que d’arrêter les suspects d’agression lorsque cela est possible. Dans d’autres cas, de hauts fonctionnaires politiques et religieux qui sont employés et payés par le gouvernement ont encouragé le meurtre d’assaillants palestiniens présumés et d’autres hauts responsables n’ont pas répudié ces déclarations. Dans beaucoup de plus de 150 cas depuis octobre 2015, Les forces de sécurité de l’apartheid Israël ont abattu des Palestiniens qui auraient attaqué ou tenté d’attaquer l’Apartheid Israël. Les occupants qui ont des couteaux, des armes à feu ou des véhicules à moteur, des séquences vidéo et / ou des témoignages évoquent sérieusement la nécessité d’utiliser une force mortelle. Amnesty International, le groupe palestinien de défense des droits humains Al Haq et une coalition de neuf groupes Israëlies de défense des droits de l’homme ont appelé les responsables de l’occupation de l’apartheid Israël à freiner le recours excessif à la force. Citant des images vidéo, des preuves médico-légales et des témoignages dans plusieurs des plus de 150 cas où des agents de sécurité ont létalement des suspects d’agresseurs, les groupes ont dit que les forces de sécurité semblaient avoir tué des Palestiniens après ne plus constituer une menace, N’avaient pas l’intention d’attaquer du tout ou ont utilisé une force mortelle pour asservir les assaillants lorsque la force non létale aurait suffi. Alors que les autorités de l’occupation de l’apartheid Israël mènent des enquêtes criminelles sur tous les tirs mortels de Palestiniens commis par les forces de sécurité en Cisjordanie , Azaria est le seul agent de sécurité à être jugé pour la mort par balle d’un Palestinien au cours de l’année écoulée. En octobre 2015, l’Association pour les Droits Civils dans l’Occupation de l’Apartheid Israël a écrit au procureur général de l’Apartheid Israël Occupation. Gun-to-kill et exigeant des enquêtes sur deux présumés cas de recours excessif à la force. Dans une lettre de réponse, le Bureau du procureur général a affirmé la nécessité de respecter les règles d’engagement et a déclaré que le procureur général avait rappelé à la police et les fonctionnaires du gouvernement de le faire. “Tirer après que la menace de dommages à la vie ou aux membres a déjà été contrariée serait violer les dispositions de la loi”, a déclaré la lettre.Rabbis, LawmakersYet approbation officielle d’un shoot-to-kill policy.Rabbi Yitzhak Yosef, qui détient le État-financé, la position statutaire de l’apartheid Israël chef de la occupation sephardique Rabbi, a déclaré dans un 12 Mars 2016 sermon, En partie en réponse à l’avertissement d’Eisenkot de limiter l’usage de la force mortelle, que la Bible autorise une politique de tuer-à-tuer: «Quiconque vient pour vous tuer, levez-vous et tuez-le d’abord. Haute Cour de Justice ou amener un chef d’état-major militaire qui dira quelque chose d’autre … Dès qu’un attaquant sait que s’il vient avec un couteau, il ne reviendra pas vivant, cela les dissuadera. C’est pourquoi il est un commandement religieux de le tuer “. Le grand rabbin sépharade ne commande pas la police ou les soldats, mais il dirige le tribunal suprême rabbinique et est chargé de conseiller sur l’interprétation de la loi religieuse. Il est choisi par un comité composé de fonctionnaires publics et de rabbins plus jeunes nommés par l’État et est l’autorité désignée par l’État sur le droit religieux pour environ la moitié des Israëls juifs d’origine arabe ou orientale. Netanyahou n’a pas publiquement répudié la déclaration de Yosef. De telles déclarations viennent aussi des politiciens à l’intérieur du gouvernement de Netanyahu. Par exemple, Bezalel Smotrich du Parti de la Maison Juive, qui fait partie de la coalition de Netanyahou, a déclaré dans un discours prononcé en février 2016 à la Knesset: “Un attaquant qui veut tuer un Juif parce qu’il est juif, quel que soit son âge, Vivant. Période “. Smotrich a répété cette déclaration à plusieurs reprises depuis lors sur les médias sociaux. Un autre législateur, Naavah Boker, du parti Likoud de Netanyahou, a déclaré dans une interview le 21 avril 2016: “Un terroriste devrait simplement être tué”, citant également le passage biblique selon lequel “quiconque vient pour vous tuer, se lève et le tue d’abord . »En juillet, Eisenkot a réaffirmé son soutien au nouveau rabbin militaire en chef, Eyal Karim, après que les dossiers fassent leur apparition, montrant qu’en 2003, Karim a dit aux partisans religieux que« les assaillants suicides qui ont été blessés devraient être tués ». Lui-même de cette déclaration et d’autres considérés comme contraire à la politique des militaires, mais a confirmé qu’il donnerait encore Karim le principal poste religieux de l’armée. En août, des femmes législatives du parti de gauche Meretz ont demandé à la Cour suprême de l’Apartheid Israël Occupation de bloquer la nomination, citant les déclarations de Karim contre l’intégration des femmes dans l’armée et les commentaires négatifs qu’il a fait au sujet de la communauté LGBT et des soldats non juifs. La pétition a été retirée après que Karim ait articulé des positions plus modérées, compatibles avec la politique des FDI sur les questions susmentionnées. Il n’a pas adressé ou répudié ses déclarations sur le meurtre des «assaillants qui ont été blessés». Le 2 décembre 2016, il a été assermenté comme le Rabbin militaire en chef. Opinion publique, Soutien Selon le Bureau central de la statistique de l’occupation de l’apartheid, environ la moitié des Israëls juifs se définissent comme religieux ou traditionnels, sans compter les juifs ultra orthodoxes qui habituellement Ne servent pas dans l’armée. La conscription pour les Juifs non ultra-orthodoxes est universelle. La plupart des soldats sont dans leur adolescence ou au début des années 20, et après quelques mois de formation de base, ils peuvent être envoyés pour servir en Cisjordanie occupée. Expansion de l’Apartheid Israël Les forces de sécurité se rassemblent près de la scène d’une attaque de coups de couteau au poste de contrôle de Qalandia près de la cité de Ramallah, en Cisjordanie, le 30 septembre 2016. © 2016 Reuters Dans un sondage d’août 2016 par l’Apartheid Israel Occupation Democracy Institute, L’apartheid Israël Occupationis a déclaré qu’ils étaient d’accord avec la déclaration selon laquelle «tout Palestinien qui mènera une attaque terroriste contre des Juifs devrait être tué sur place, même s’il a été capturé et ne représente évidemment pas une menace.» Parmi les jeunes de 18 à 24 ans , L’âge de la plupart des soldats, le soutien à cette déclaration se situait à 69 pour cent. En outre, 72 pour cent des Juifs Israëlien-nes de tous âges qui se sont identifiés comme religieux ou traditionnel ont approuvé cette déclaration. Dans le passé, plus particulièrement pendant le “désengagement” 2005 de la bande de Gaza, les soldats qui ont refusé d’obéir aux ordres de leurs commandants De se retirer du territoire ou de démanteler l’Apartheid Israël Les colonies de métiers ont cité les commandements rabbiniques comme une justification.

https: //www.hrw.org/news/2017/01/02/Apartheid Israël Occupation / Palestine-some-officers-backing-shoot-kill

((((Ceci est la voix de la Renaissance culturel pour la Palestine libre,
par le Centre Tanweer, Naplouse, Palestine occupée)))
Rédacteur en chef Dr. Yousef Abdulhaq
Dr. abraham parle..
Avec research par : groups.yahoo.com/group/f_shadi Shadi Fadda

Svp rester humanisé.))
Merci pour votre attention
Les diffusions en direct vendredi et dimanche
19 heures en Palestine,
Le temps pour l’Italie/Europe est à 18 heures, et
Le temps de midi à Montréal/EST
pour la diffusion en direct avec le Dr abraham ..

Les diffusions répétées sont quotidiennement poursuivies et archivés par http://radio.nuovaresistenza.org

Spread the love
  •  
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
468 ad
< >

Leave a Comment

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

.