Pages Navigation Menu

il contenitore dell'informazione e della controinformazione

.

Maréchal-Le Pen à Philippot : «On ne définit pas la ligne du FN sur BFM-TV» – Œil sur le front

Mise en cause en interne après ses propos sur l’avortement, la députée FN réplique dans un entretien au Journal du Dimanche, adressant de sévères critiques au vice-président du parti.

Quelque chose est en train de mal tourner au Front national. Lundi, des propos controversés de Marion Maréchal-Le Pen sur l’avortement avaient ravivé les tensions internes du parti, mettant aux prises partisans et détracteurs de la jeune députée. Dans un entretien au JDD, publié ce dimanche, la nièce de Marine Le Pen maintient ses propos et critique sévèrement le vice-président Florian Philippot : “Quand on définit la ligne du FN ou qu’on décide d’un changement stratégique, on le fait dans les instances du parti, on ne le fait pas tout seul sur BFM-TV”, lance la jeune femme, qui réclame en outre “un peu plus de respect de la part de Florian Philippot”.

Jamais la députée ne s’était livrée à un aussi franc procès du vice-président frontiste. Et si elle assure soutenir sa tante, cette dernière se voit également mise en cause, moins frontalement, pour avoir changé de position sur la question de l’IVG sans qu’il y ait “eu de débat en interne”. Invitée du Grand Jury sur RTL, dimanche en fin d’après-midi, la présidente du FN devrait avoir tout le loisir de répondre à sa nièce.

“Seule et isolée”

C’est un autre entretien, publié le 5 décembre par le quotidien traditionaliste Présent, qui avait mis le feu aux poudres. La députée du Vaucluse y appelait à revenir sur le “remboursement intégral et illimité de l’avortement” — une position effectivement conforme à celle que défendait Marine Le Pen en 2012. Mais la présidente du FN, se voulant désormais la meilleure avocate des droits des femmes, avait aussitôt rappelé sa nièce à l’ordre. Comme l’an passé, lorsque celle-ci avait proposé de supprimer les subventions régionales au Planning familial.

A ce recadrage se sont ajoutés les mots de Florian Philippot, qui a décrit Marion Maréchal-Le Pen comme “seule et isolée” au sein du parti sur la question de l’avortement. Une sortie qualifiée d’”agression” par l’intéressée, pour qui “il y a un minimum de bienséance et de respect mutuel à avoir”. De leurs côtés, les partisans de la députée avaient multiplié les messages de soutien à leur championne sur les réseaux sociaux. Un élan “marionniste” où se sont distingués plusieurs élus régionaux et municipaux, ainsi des responsables de fédération. Pour ajouter à la tension, le directeur de cabinet de FLorian Philippot se faisait menaçant auprès du Figaro, samedi : “Tous ceux qui croient moins risqué de s’attaquer à lui plutôt qu’à Marine font un mauvais calcul”.

Rapport de force

Ces échanges n’ont rien d’anodin. Impossible désormais d’ignorer la détestation réciproque que se vouent les deux principales figures du FN après Marine Le Pen, ainsi que leurs entourages. Voilà déjà des mois que des échanges parfois très vifs opposent, sur les réseaux sociaux, certains jeunes rénovateurs proches de Florian Philippot et les tenants d’une ligne plus conservatrice. Les premiers accusent les seconds de freiner l’élargissement de la base électorale frontiste, notamment en direction d’anciens sympathisants de gauche. Les seconds suspectent les premiers de vouloir transformer le FN en un mouvement social-patriote de type chevènementiste, au mépris de l’ADN droitier du parti. A ce débat idéologique et stratégique s’ajoutent désormais de solides rancunes personnelles, qui ne rendent le conflit que plus vénéneux.

Difficile d’établir le rapport de force entre le Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen. Si cette dernière ne pèse guère dans la direction nationale du parti, elle dispose en revanche d’un solide ancrage dans le sud-est, et d’une grande popularité chez les militants frontistes. “C’est Philippot qui s’isole en disant qu’elle est isolée”, a déclaré au Point le député Gilbert Collard. La députée est d’ailleurs arrivée première au vote des militants lors du dernier congrès du FN, fin 2014, ce qu’elle ne se prive pas de rappeler dans son entretien au JDD. Le vice-président du FN a quant à lui construit son influence “par le haut”, s’appuyant sur une présence quasi-continue dans les médias, et surtout sur sa proximité avec Marine Le Pen : “Très très souvent, on pense la même chose”, confiait récemment celle-ci. Une donnée qui a son importance, dans ce parti où le président règne en monarque.

Quant aux conséquences de cette querelle, elles restent pour l’heure fort incertaines. “Marion ne fera pas scission”, assure toutefois un proche de la député, nommant de lui-même le spectre qui plane au-dessus du Front national. Aucun des acteurs du conflit n’a intérêt à polluer les campagnes présidentielles et législatives du Front national, qui pourraient accoucher de progrès historiques pour le parti. En revanche, l’hypothèse d’un règlement de comptes post-présidentielle gagne chaque jour un peu plus de poids, son éventuel résultat dépendant largement de l’issue des élections à venir. Au moins les deux camps semblent-ils d’accord sur un point : la situation actuelle ne pourra pas durer beaucoup plus longtemps.

Vigie citoyenne

Lanceurs d’alerte

Vous vivez dans un territoire où le FN est au pouvoir ou en progression, dans une ville où la fusion droite extrême-extrême droite n’est pas (que) de la théorie politique ? Contactez-nous, racontez-nous.

Je participe

Sorgente: Maréchal-Le Pen à Philippot : «On ne définit pas la ligne du FN sur BFM-TV» – Œil sur le front

Spread the love
  •  
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
468 ad
< >

Leave a Comment

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

adv