Pages Navigation Menu

il contenitore dell'informazione e della controinformazione

.

Malgré les difficultés, les étudiants français se disent satisfaits de leur situation – Libération

foto : Des étudiants de l’université Paris III (Censier-Sorbonne Nouvelle), en 2009. Photo Stéphane de Sakutin. AFP

liberation.fr/ – Malgré les difficultés, les étudiants français se disent satisfaits de leur situation. Obligés de travailler pour joindre les deux bouts et confrontés à des loyers très chers qui siphonnent leurs budgets, les étudiants jugent néanmoins leurs conditions de vie correcte. Par Raphaël Goument

Les conditions de vie des étudiants s’améliorent un petit peu, mais des différences subsistent en fonction du profil des élèves et des filières choisies, indique une enquête réalisée par l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE) publiée jeudi. L’étude a été réalisée à partir de 46 340 questionnaires remplis par des étudiants.

Des étudiants plutôt satisfaits et optimistes

C’est le premier enseignement de l’enquête, 60% des étudiants sont satisfaits voire très satisfaits de leur situation (61% en 2013). La part des mécontents est quant à elle en baisse, à 11% contre 14% il y a trois ans.

Autre bonne nouvelle, les élèves en niveau master sont plus optimistes concernant leur avenir professionnel qu’il y a trois ans. 56% d’entre eux considèrent ainsi avoir de bonnes ou de très bonnes chances d’insertion en France (+ 6 points), 42% sont aussi confiants concernant une insertion à l’étranger (+ 4 points).

Mais les résultats diffèrent fortement selon les filières. Les élèves optimistes sont moins nombreux en culture (27%) ou en lettres (32%) que leurs camarades apprentis ingénieurs (76%) ou commerciaux (68%). C’est aussi dans ces deux filières que les élèves sont les plus confiants (59%) quant à leur insertion à l’étranger.

Les étudiants issus de l’immigration pensent qu’ils vivront mieux que leurs parents

Nouveauté de l’édition 2016, l’origine des étudiants est analysée et apparaît déterminante aussi bien dans le choix des cursus que dans la capacité à se projeter dans l’avenir.

Les élèves issus de l’immigration sont sous-représentés dans les écoles d’ingénieur et les classes préparatoires aux grandes écoles. Ils envisagent moins que les autres de poursuivre leurs études après le master (28% contre 34% en moyenne) et sont plus pessimistes quant à leur avenir professionnel.

Point positif, parmi eux, 63% estiment que leur avenir sera meilleur que celui de leurs parents, c’est presque 2 fois plus que les étudiants sans ascendance migratoire (34%).

Des situations financières pas toujours faciles

Un étudiant sur quatre rencontre des difficultés financières. Pour joindre les deux bouts, 46% des étudiants sont obligés de travailler, un chiffre resté stable depuis l’édition 2013. Certains réussissent à trouver des jobs au sein même de leur université (nettoyage, employé au restau-U…) (16% contre 11% en 2013), une formule moins contraignante pour les élèves.

Ces revenus d’activité en 2016 représentent en moyenne pour 33% de leur budget, devant les aides publiques (31%) et les aides familiales (25%). Ces dernières étaient encore la principale ressource des étudiants il y a trois ans. Un tiers des élèves considère cette nécessité de travailler comme «une source de stress et de tension nerveuse».

Le logement, toujours aussi coûteux

Le loyer est le premier poste de dépenses dans le budget d’un étudiant, en moyenne un peu moins de 500 euros par mois, un chiffre resté stable depuis 2013. Les différences sont toutefois importantes selon les villes : 637 euros de loyer en moyenne à Paris contre 362 euros dans les villes de 100 000 à 200 000 habitants. Pour cette raison, les étudiants franciliens restent au domicile familial plus qu’ailleurs (61% en Ile-de-France contre 44% dans les villes de province). Mais au-delà de 24 ans, ils sont plus de 80% à avoir quitté le cocon familial.

Les étudiants à la psychologie fragile

Seuls 10% des étudiants se déclarent «insatisfaits» de leur état de santé, un chiffre qui augmente néanmoins chez les femmes, les étudiants étrangers ou les jeunes issus des classes populaires.

En revanche, ils sont de plus en plus nombreux à déclarer des problèmes psychologiques allant de la fatigue au stress en passant par l’isolement. Hommes et femmes apparaissent inégaux devant cette «fragilisation psychologique». Un étudiant sur deux dit souffrir fréquemment de stress alors que c’est le cas de deux étudiantes sur trois.

La nouveauté : les MOOC

Autre nouveauté de l’enquête, le suivi des MOOC, les «cours en ligne ouverts à tous». Développés depuis quelques années en France, ils auraient été suivis par un élève sur dix en dehors de ses cours. Ce sont les étudiants dans les filières ingénieurs (16%) ou commerciales (17%) qui en consomment le plus, loin devant les élèves de classes préparatoires aux grandes écoles (4%)

Enquête Pisa : comment font les autres pays ?

Au Maroc, deux mineures risquent trois ans de prison pour homosexualité

Sorgente: Malgré les difficultés, les étudiants français se disent satisfaits de leur situation – Libération

Spread the love
  •  
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
468 ad
< >

Leave a Comment

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

adv