Pages Navigation Menu

il contenitore dell'informazione e della controinformazione

Manuel Valls : le terrorisme peut encore frapper «dans les jours qui viennent» – Libération

Direct

Enquête, réactions politiques, deuil national… retrouvez au fil de la journée les dernières informations sur les attentats de vendredi soir.

La série d’attaques sans précédent qui a fait au moins 129 morts et plus de 300 blessés à Paris dans la soirée du vendredi 13 novembre a été revendiqué samedi par le groupe Etat islamique.

L’attaque a été menée par «trois équipes de terroristes coordonnées». Sept d’entre-eux sont morts au cours de leurs actions.

Au moins un des kamikazes responsable de l’assaut sanglant sur le Bataclan a été identifié : il s’agit d’un Français de 29 ans, originaire de Courcouronnes en Essonne. Sept personnes de son entourage, dont son père et son frère, ont été placées en garde à vue samedi soir. Sept interpellations ont également eu lieu en Belgique.

Salah Abdeslam, un Français de 26 ans fait l’objet d’un appel à témoins diffusé dimanche par la police. Il a été contrôlé et relâché samedi matin près de la frontière belge.

François Hollande, qui décrété vendredi soir l’état d’urgence, annoncé le rétablissement des contrôles aux frontières et décrété un deuil national de trois jours, réunit ce lundi les parlementaires en congrès à Versailles.

Une minute de silence sera observée partout en France ce lundi à midi.

Suivez en direct l’évolution des événements de la journée avec Libération (si ce live ne s’ouvre pas dans votre application, cliquez ici).

Perquisitions, Raqqa, minute de silence… : les dernières informations sur les attentats de Paris

Perquisitions. Des perquisitions ont eu lieu cette nuit à Toulouse, Bobigny et Grenoble. Au moins trois personnes ont été placées en garde à vue. Ces opérations ont été menées dans le cadre de la lutte antiterroriste et non dans celui de l’enquête sur les attentats de Paris, sauf pour celle de Bobigny.

Raqqa. Un poste de commandement et un camp d’entraînement ont été détruits hier par l’armée française dans le bombardement massif de la ville syrienne de Raqqa, fief de l’organisation Etat islamique, qui a revendiqué les attaques de Paris.

Salah Abdeslam. Le Français de 26 ans qui fait l’objet d’un appel à témoins diffusé hier par la police a été contrôlé et relâché samedi matin près de la frontière belge.

Fiche S. Selon France Info, les services de renseignements ont renouvelé la fiche S d’Omar Ismaïl Mostefaï, kamikaze du Bataclan, le 12 octobre dernier, soit un mois avant qu’il ne passe à l’action,

Congrès. François Hollande s’exprimera à partir de 16 heures devant les parlementaires réunis en congrès à Versailles, pour «rassembler la Nation dans cette épreuve».

Minute de silence. Une minute de silence sera observée partout en France à midi. Les écoles de la région parisienne, fermées samedi, rouvrent ce matin. Les musées, salles de spectacle et autres établissements culturels rouvriront à 13h.

Valls sur RTL«Cet attentat a été organisé, pensé, planifié depuis la Syrie», poursuit Manuel Valls, invité de RTL, qui a martelé que le gouvernement n’écartait «aucune solution» dans cette «guerre» contre le terrorisme.

Sur Twitter, les internautes se souviennent de leurs meilleurs concerts au Bataclan

#MonPlusBeauSouvenirDuBataclan.Jeff Buckley, Arctic Monkeys, Damien Saez, Kasabian, Les Têtes raides, MGMT… La station de radio Ouï FM a lancé un hashtag #MonPlusBeauSouvenirDuBataclan, sous lequel les internautes évoquent les concerts auxquels ils ont assisté dans la salle du XIe arrondissement de Paris, et partagent vidéos de performances live ou photos de leurs billets.

Pour Najat Vallaud-Belkacem, la minute de silence doit être précédée d’un débat entre élèves et enseignants

Entendu à la radio.

La ministre de l’Education nationale a estimé ce matin sur France Inter que les enseignants doivent laisser les élèves s’exprimer librement afin d’aborder au mieux la minute de silence qui aura lieu ce midi. «Dans le courrier, j’ai précisé que la minute de silence devait être précédée d’un temps d’échange. J’ai une pensée pour tous les enseignants qui reprennent, les enfants vont avoir envie de parler. C’est surtout l’effroi et la peur qui vont s’exprimer chez les élèves. Il faut les aider à verbaliser leurs émotions avant de procéder à la minute de silence.»

Minute de silence.

Les stations de Radio France cesseront d’émettre à midi pile, puis diffuseront la marche funèbre de la troisième symphonie de Beethoven, indique la radio publique.

Cop 21.

La COP21 sera «sans doute réduite à la négociation», et «toute une série de manifestations» annexes «annulées», vient de déclarer Manuel Valls sur RTL.

Enquête.

Selon RMC et BFMTV, les forces de l’ordre ont réussi à identifier un quatrième kamikaze. Sa famille habiterait à Bobigny, en Seine-Saint-Denis.

Minute de silence.

Les transports en commun de la région parisienne (bus, métros, tramways et RER) se figeront aujourd’hui à midi pour observer la minute de silence en hommage aux victimes des attentats, indique la RATP.

«Ce n’est pas la guerre», écrit un photographe de l’AFP

Les mots.

Peut-on parler de «guerre» pour ce qui s’est produit à Paris vendredi soir ? Dominique Faget, journaliste à l’Agence France Presse, a couvert plusieurs conflits armés et était sur les lieux des attentats de Paris vendredi soir. Sur le blog «making-of» de l’agence, le photographe explique qu’il refuse d’employer ce terme, car la guerre, «c’est vivre dans une peur quotidienne de la mort, avoir sans cesse l’impression d’être en sursis, n’être en sécurité nulle part» :

«Ces derniers jours, j’entends beaucoup parler de “scènes de guerre”, de “situation de guerre”, de “médecine de guerre”. Mais il faut tout de même relativiser. Ce vendredi 13 novembre, nous assistons à Paris à une série d’attentats terroristes, à des massacres aveugles, aux plus graves événements que la capitale française ait connus depuis la Libération. Mais ce n’est pas la guerre.» (Photo AFP, par Dominique Faget)

L’état d’urgence, une exception appelée à durer

Décryptage.

L’état d’urgence, décrété samedi, va être prolongé d’au moins trois mois, après les douze jours prévus par la loi. Ce qui nécessite une modification législative : une loi, sera présentée mercredi en Conseil des ministres et votée au Parlement pour permettre cette prolongation. Ce sera aussi l’occasion d’adapter la loi de 1955, et éventuellement de la durcir, analyse notre journaliste Laure Equy.

Et pour en savoir plus sur ce dispositif (qui prévoit la possibilité de procéder à des perquisitions administratives), lisez notre décryptage.

Valls sur RTL

«Cet attentat a été organisé, pensé, planifié depuis la Syrie», poursuit Manuel Valls, invité de RTL. Il a affirmé que les frappes visant les positions de l’organisation Etat islamique allaient vont se poursuivre.

«Menace».

Le terrorisme peut encore frapper «dans les jours qui viennent», vient de déclarer Manuel Valls sur RTL. «Nous allons vivre longtemps avec cette menace», «il faut se préparer à de nouvelles répliques» , a-t-il ajouté.

Najat Vallaud-Belkacem demande un temps de dialogue avant le recueillement dans les écoles

Minute de silence.

Sur France Inter, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education Nationale, est revenue sur la minute de silence qui doit se tenir aujourd’hui à midi. Dans les écoles, elle souhaiterait que ce moment de recueillement soit précédé d’un temps d’échange et de dialogue. Vous pouvez lire ici les témoignages de professeurs sur la manière dont ils se préparent, reccueillis par notre journaliste Marie Piquemal.

Si les écoles sont rouvertes dès ce matin, la ministre a précisé que les sorties scolaires seraient interdites jusqu’au 22 novembre, dans une semaine.

Perquistions à Jeumont, dans le Pas-de-Calais

Etat d’urgence.

A Jeumont, dans le Nord, le journal local L’Observateur de la Sambre fait état d’une perquisition dans cette commune proche de Maubeuge et très proche de la frontière belge, et évoque «une cinquantaine de véhicules». On ne sait pas encore pour l’instant si elle est liée à l’enquête sur les attentats de Paris ou plus généralement des opérations anti-terroristes menées dans le cadre de l’état d’urgence.

A Bobigny, une perquisition menée dans la nuit de dimanche à lundi

Etat d’urgence.

L’AFP ajoute qu’on n’a pas encore les résultats de cette perquisition, menée dans la nuit de dimanche à lundi dans le cadre de l’état d’urgence.

Toulouse : Au moins trois personnes placées en garde à vue, mais pas dans le cadre de l’enquête sur les attentats de vendredi

Etat d’urgence.

Au moins trois personnes ont été placées en garde à vue, après une perquisition conduite dans le cadre de l’état d’urgence, dans la nuit de dimanche à lundi, dans un quartier toulousain où a vécu Mohamed Merah, rapporte l’AFP. Cette opération de prévention s’inscrit dans le cadre de la lutte antiterroriste et non pas dans celui de l’enquête sur les attentats de Paris. Elle s’est déroulée en plusieurs lieux de La Reynerie, dans le quartier toulousain du Mirail, où a vécu Mohamed Merah.

Des perquisitions seraient en cours à Grenoble

Etat d’urgence.

Selon le quotidien Le Dauphiné Libéré sur son site, une importante opération anti-terroriste aurait été réalisée cette nuit par les forces de police épaulées par des unités de gendarmerie mobile. L’état d’urgence décrété par le président de la République permettant d’effectuer des perquisitions nocturnes sur ordre du préfet, une quinzaine d’objectifs ont été ciblés par la police judiciaire et la Sûreté départementale à Grenoble, Echirolles, Fontaine, Saint-Martin-d’Hères.

L’opération a débuté vers 1 heure, notamment dans les quartiers Teisseire et Mistral à Grenoble. Plus d’une demi-douzaine d’interpellations auraient été réalisées, des armes saisies ainsi que de l’argent. Toujours selon le quotidien, ce coup de filet était intégré, selon une source estimée «fiable» dans une opération nationale.

Opération anti-terroriste cette nuit dans Grenoble et son agglomération

Bernard Cazeneuve veut dissoudre les mosquées radicales

Contre-attaque.

Une disposition pour la dissolution des mosquées radicales sera étudiée prochainement en conseil des ministres, a annoncé dimanche le ministre de l’Intérieur.

La France bombarde le fief de l’Etat islamique en Syrie

Offensive.

Les chasseurs français ont largué 20 bombes aujourd’hui sur le fief de l’organisation Etat islamique à Raqqa, dans l’est de la Syrie, détruisant un poste de commandement et un camp d’entraînement. «Le premier objectif détruit était utilisé par Daech (acronyme de l’EI en arabe, ndlr) comme poste de commandement, centre de recrutement jihadiste et dépôt d’armes et de munitions. Le deuxième objectif abritait un camp d’entraînement terroriste», a expliqué le ministère de la Défense dans un communiqué.

Haine.

Invité de France 2, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé «la dissolution de mosquées qui profèrent la haine».

Solidarité.

«200 personnes, de toutes confessions et nationalités, réunies ensemble avec un message de paix et de solidarités», tweete depuis la «jungle» de Calais le compte Good Chance Calais qui gère des activités théâtrales sur le camp de réfugiés.

Sarkozy propose d’assigner à résidence les individus ayant une fiche S

«Menace».

«Les fiches S devraient être équipés de bracelets électroniques, le temps de savoir s’ils représentent une réelle menace». Voici l’une des propositions de Nicolas Sarkozy, interrogé dans le JT de TF1 ce soir, qui prône donc l’assignation à domicile pour les individus fichés comme radicalisés, évoquant 11 500 personnes concernées.

«Tous ceux qui sont partis pour faire le djihad et qui reviennent doivent être immédiatement mis en prison», a déclaré l’ancien Président, pour qui «toute personne qui consulte des sites djihadistes doit être considérée comme djihadiste». Il a par ailleurs fait part de son souhait de voir une COP 21 remaniée, comprendre avec une adaptation du dispositif policier nécessaire afin de ne pas monopoliser les forces de l’ordre sur la protection de convois officiels en période de défense contre la menace terroriste.

Football.

A Marseille, les ultras ont confectionné une bannière au message fraternel : «Nous sommes Paris».

Solidarité.

François Zimeray, ambassadeur de France au Danemark, a publié une vidéo (cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo) montrant l’impressionnante mobilisation à Copenhague, où entre 15 000 et 20 000 personnes, dont le Premier ministre Lars Lokke Rasmussen, étaient réunies ce soir devant l’ambassade de France en hommage aux victimes des attentats de vendredi.

Qui sont les terroristes identifiés ?

Identifications.

Brahim Abdeslam, né en 1984, est le kamikaze du boulevard Voltaire. Il a loué la Seat noire en Belgique. Son frère, Salah Abdelsam, a loué la Polo noire. Il est en fuite et fait l’objet d’un mandat d’arrêt international relayé par plus tôt par Libé. L’un des kamikazes du stade de France s’appelle Bilal Hadfi, né en 1995, et réside en Belgique, précise sur Twitter notre journaliste Willy Le Devin.

Panique.

Notre journaliste Gurvan Kristanadjaja, qui se trouvait rue de la Fontaine au roi, a vécu un des mouvements de panique. Une femme a hurlé, puis les gens ont couru dans tous les sens. Lui même s’est fait piétiner après être tombé au sol. Il n’a en revanche jamais entendu de coups de feu. Il s’est ensuite mis à l’abri dans une maison, ouverte par son occupante, qui a accueilli plusieurs personnes.

Le point sur le mouvement de panique qui vient de toucher le centre de Paris

Fausses alertes.

On fait le point sur le mouvement de panique qui vient de toucher la place de la République et ses environs, après ce qui semble être plusieurs fausses alertes quasi-simultanées :

– Dans le Marais (IIIe arrondissement), aux environs de la rue des Rosiers, de la rue des Archives et de la rue du Renard, plusieurs personnes ont dit avoir entendu des coups de feu, qui se sont avérés des pétards.

– Quai de Jemmapes, dans le Xe arrondissement, non loin de l’emplacement du Carillon, du Petit Cambodge mais aussi de la Fontaine-au-roi où des centaines de personnes étaient réunies, une lampe de chauffage de terrasse de bar a sauté, explique le ministère de l’Intérieur à Libération, causant un mouvement de foule.

– Au centre de ces deux endroits se trouve la place de la République, où étaient réunies des milliers de personnes. Informés des mouvements de panique qui commençaient, «les CRS ont sorti leurs armes, les gens qui ont vu les gens courir ont couru à leur tour», explique le ministère de l’Intérieur.

Parallèlement, la RATP annonçait des coups de feu dans le métro, ce qui n’était pas le cas. Après une vingtaine de minutes d’incompréhension et de panique, tout est rentré dans l’ordre. La place de la République s’est de nouveau remplie.

«J’ai entendu des pétards, j’ai cru à des coups de feu»

Panique.

Olivier G. parisien de 27 ans, assure avoir lui aussi entendu des «pétards», et qu’il aurait vécu un mouvement de panique, au croisement de la rue aux ours et de la rue Saint-Martin où il circulait à vélo (près du métro Etienne Marcel, à Paris). «Je remontais la rue en vélib, quand une Peugeot m’a doublé à toute vitesse. Un homme en est sorti 100 mètres plus loin, et a sorti quelque chose de son coffre, sans doute une arme. Il s’agissait d’un policier. Il a hurlé “rentrez chez vous !” et je suis reparti dans l’autre sens. Il y avait un peu de monde, mais j’ai entendu des détonations. Trois ou quatre. J’ai immédiatement pensé à des coups de feu», a-t-il raconté à Libération.

Bilan.

D’après une source hospitalière de l’AFP, trois des blessés hospitalisés après les attaques de vendredi sont décédés. Le bilan s’alourdit donc à 132 morts. MISE A JOUR : L’AFP signale que le bilan reste à 129 morts, précisant que le communiqué des hôpitaux parisiens ne concernait que des blessés décédés dans la foulée des attentats.

Panique.

Aux abords du bar Le Carillon, une vidéo Reuters a immortalisé le début du mouvement de panique observé il y a quelques minutes. Le résultat (visible en cliquant sur le tweet), est impressionnant.

Pétards.

Après le mouvement de panique évoqué plus tôt (visible dans cette vidéo), la foule se réunit à nouveau place de la République. D’après une source policière d’un journaliste des Echos, la panique a été causée par des pétards (sans doute allumés par des prix Nobel de Physique).

Panique.

A République et dans d’autres quartiers parisiens, on observe des mouvements de panique. Des gens sont coincés dans le métro, fermé. L’origine de ce mouvement de panique est encore inconnue. Des passants se sont réfugiés dans des cafés aux alentours. D’après un policier contacté par un journaliste de Libération, la rumeur d’un incident dans le Marais est infondée. Le calme est revenu place de la République.

Deux des kamikazes français résidaient en Belgique

Identification.

Dans un communiqué, le procureur de Paris annonce qu’après Omar Ismaïl Mostefaï, deux autres terroristes français ont été identifiés. L’un (né le 22 janvier 1995) est l’auteur d’un des attentats-suicides commis près du Stade de France, l’autre (né le 30 juillet 1984) est l’auteur de l’attentat-suicide commis au Comptoir Voltaire, dans le 11e arrondissement. Le parquet indique que les deux individus, domiciliés en Belgique, sont de nationalité française.

Réouverture.

Bruno Julliard, le premier adjoint à la Maire de Paris chargé de la culture, du patrimoine, des métiers d’art, des relations avec les arrondissements et de la nuit, annonce sur Twitter la réouverture prévue lundi des établissements culturels parisiens.

L’enquête.

Le parquet fédéral belge dément une source policière française selon laquelle un suspect clé de l’enquête sur les attentats de Paris a été libéré, en précisant que sa garde à vue avait été prolongée. Le suspect en question est l’un des trois frères soupçonnés d’avoir participé aux attentats : l’un d’eux est mort à Paris au Bataclan, l’autre fait l’objet d’un mandat d’arrêt international. On ignore s’il s’agit de l’homme pour lequel la police nationale vient de lancer un appel à témoins (voir ci-dessous).

Islamophobie.

La mosquée Sahaba de Créteil a été taguée d’une dizaine de croix et de marques réalisées à la peinture rouge, ont découvert ce matin des fidèles du lieu, rapporte le site du Parisien. Ces marques n’étaient pas sèches lors de leur découvert à l’aube, précise le site, ajoutant qu’une enquête a été ouverte. Cette mosquée n’avait jusque-là pas été dégradée.

A la suite des attentats de janvier à Paris et à Montrouge, de nombreux lieux de culte musulmans avaient fait l’objet de dégradations.

Appel à témoins.

La Police nationale lance un appel à témoins pour retrouver un individu susceptible d’être impliqué dans les attentats de vendredi. Il est dangereux, précise-t-elle, recommandant de ne pas intervenir soi-même.

L’enquête.

De notre journaliste Willy Le Devin.

Etat d’urgence.

Selon Le Figaro, un projet de loi sera présenté mercredi en conseil des ministres pour prolonger de trois mois l’état d’urgence décrété vendredi soir, et qui ne peut légalement durer plus de 12 jours sans un vote du Parlement.

Bilan.

Une vingtaine d’étrangers ont été tués vendredi soir lors des attentats de Paris, dont le bilan provisoire (mais qui va bientôt dater de 24 heures) fait toujours état de 129 morts et 352 blessés.

Réactions.

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, prend la parole après avoir rencontré son homologue belge, Jan Jambon. Il insiste sur la nécessité de lutter contre le trafic d’armes dans sa «dimension européenne».

Réactions.

Le président du Sénat, Gérard Larcher, annonce après une rencontre avec François Hollande à l’Elysée que le président de la République veut modifier la loi de 1955 sur l’état d’urgence pour l’adapter aux situations comme celle de ce week-end.

Trois frères impliqués dans les attaques, dont un «peut-être» en fuite

L’enquête.

Selon l’AFP, qui s’appuie sur des sources proches de l’enquête, les enquêteurs travaillent sur l’implication de trois frères dans les attaques. L’un d’eux est mort dans les attentats, l’autre est en garde à vue en Belgique. Le troisième serait «peut-être» en fuite, mais il pourrait aussi s’agir d’un des kamikazes.

Pour rappel, parmi les sept assaillants tués, on sait que l’un d’eux, qui a participé à l’attaque au Bataclan, est français et s’appelle Omar Ismaïl Mostefaï. Son profil est ici. Le parquet belge, quant à lui, a annoncé que deux des terroristes tués étaient des Français ayant vécu à Bruxelles, en Belgique. Au total, sept personnes ont été arrêtées dans ce pays, en lien avec les attaques de Paris.

G20.

Au sommet du G20, qui s’ouvre aujourd’hui à Antalya, en Turquie, les dirigeants internationaux promettent une réponse «très forte, très dure». Cet article synthétise leurs prises de positions.

Rassemblements.

De notre journaliste GIlles Dhers, place de la République à Paris.

Rassemblements.

De nombreux Parisiens se pressent également aux abords du Carillon, l’un des bars de Paris visés par les attaques de vendredi soir.

Sarkozy ne veut pas parler d’«union nationale»

Réactions.

De notre journaliste Alain Auffray, qui relevait déjà tout à l’heure le peu de cas que Nicolas Sarkozy faisait de l’«union nationale» au sortir de son entretien avec François Hollande :

Union nationale ? Unité ? Sarkozy n’aime plus trop ce vocabulaire dont il avait pourtant lui même fait usage après les attentats de Charlie. Dimanche matin, l’ancien chef de l’Etat a convoqué une réunion des principaux dirigeants de LR. Il leur a suggéré de parler plutôt de «solidarité nationale». Pas d’accord, a dit Juppé qui continuera à oser «l’union nationale». «C’était surréaliste, on a passé une demi-heure à parler de ça» raconte à Libé un participant consterné.

Services.

La mairie de Paris rappelle qu’une cellule psychologique est en place pour les témoins et les riverains : 3975.

L’hommage à Paris du «Saturday Night Live»

Ville Lumière.

D’ordinaire, l’émission américaine culte Saturday Night Live débute, chaque samedi soir par un sketch conclu par l’habituelle phrase «live from new York, it’s Saturday Night Live».

Hier soir, l’introduction s’est abstenu de toute plaisanterie, et l’actrice Cecily Strong, membre à plein temps du casting de l’émission depuis 2012, a livré le message suivant, d’abord en anglais puis en français : «Paris, c’est la ville Lumière. Ici à New York City, nous savons que cette lumière ne s’éteindra jamais. On vous envoie tout notre amour et soutien ce soir. Nous sommes de tout cœur avec vous.»

Rassemblements.

Toujours à République, notre journaliste Dominique Albertini.

Malgré l’interdiction, la place de la République à Paris se noircit de monde

Hommages.

Entre Oberkampf et République à Paris, les trottoirs sont noirs de monde, rapporte notre journaliste Jacky Durand. Beaucoup de jeunes mais aussi des quinquagénaires qui viennent déposer des fleurs à l’endroit où le boulevard Voltaire est fermé à la circulation. Entre recueillement et questionnement sur comment résister. Et comme un refrain, l’idée qu’«on continuera à aller aux terrasses des cafés». Un autre de nos journalistes, Dominique Albertini, poste une photo prise place de la République.

G20.

Le président américain Barack Obama et le président Russe Vladimir Poutine se sont entretenus lors d’un aparté inattendu en marge d’une réunion du G20 à Antalya (Turquie), selon des images de la télévision turque. Penchés l’un vers l’autre, entourés de deux collaborateurs, les deux chefs d’Etat ont mené cette conversation, dont on ignore le contenu, face à face.

A l’Elysée.

Images.

La Police nationale lance un appel à ne pas relayer d’images des scènes de crime. Certaines, qui circulent en ce moment sur les réseaux sociaux, sont en effet très violentes.

L’enquête.

Deux des assaillants tués vendredi soir à Paris étaient des Français ayant résidé à Bruxelles, indique le parquet belge, cité par l’AFP.

La lettre à sa fille de Terreur Graphique

Blog.

Une belle contribution de Terreur Graphique, qui tient un blog BD quotidien sur Libération.fr.

Réactions.

Un conseil d’urgence des ministres de l’Intérieur de l’Union européenne se tiendra vendredi à Bruxelles à la demande de la France, annonce la présidence de l’UE.

L’enquête.

Selon une source proche de l’enquête, les deux voitures qui ont servi aux attaques de vendredi soir, une Seat et une Polo ont été louées en Belgique. Le Français dont le nom a servi à louer la Polo noire n’a pas été interpellé. Dans la Seat retrouvée à Montreuil, 3 kalachnikov, 5 chargeurs pleins et 11 chargeurs vides.

Réactions.

Selon une journaliste du Monde, le parti Les Républicains va finalement demander un débat demain après la déclaration de François Hollande devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. Celle-ci est pour le moment seule à être inscrite à l’ordre du jour du Congrès.

Enquête.

Précision : ce ne sont pas six mais sept proches d’Ismaël Omar Mostefaï qui sont en garde à vue. Tous seraient des membres de sa famille, rapporte notre journaliste Willy Le Devin.

En campagne.

A peine sorti de sa rencontre avec François Hollande, Nicolas Sarkozy enterre l’union nationale que tout le monde vantait : il sort un slogan électoraliste sur la COP21 et lie les attentats à l’immigration en précisant qu’«évidemment», il n’y a pas de lien. Le billet de notre journaliste Alain Auffray.

Hommages.

Notre journaliste Luc Peillon est place de la République à Paris.

Hommages.

Notre journaliste Quentin Girard, au bar Le Carillon, dans le Xe arrondissement de Paris.

Un Maghrébin passé à tabac dans une manifestation d’extrême droite en Bretagne

Racisme.

La manifestation était prévue depuis plusieurs semaines, mais son mot d’ordre s’est durci au lendemain des attentats à Paris et Saint-Denis : un rassemblement de l’extrême droite bretonne «contre les migrants et les étrangers», à Pontivy (Morbihan), s’est soldé hier par le passage à tabac d’au moins une personne, d’origine maghrébine.

Citée par France Bleu, une commerçante témoigne : «Six personnes l’ont mis à terre. C’était un défoulement sur lui. C’était déchirant, on ne pouvait pas lui porter assistance. Plus loin c’était exactement pareil. C’était de la violence et de la haine.»

Réactions.

Bernard Cazeneuve demande la tenue d’un conseil extraordinaire des ministres de l’Intérieur de l’Union européenne.

A Montreuil, on ne sait pas ce que les terroristes «sont venus faire ici»

Reportage.

De notre journaliste Amandine Cailhol, à Montreuil , où a été retrouvée une des voitures des terroristes :

Rue Edouard Vaillant, seuls restent quelques débris de verre de la voiture abandonnée par les terroristes et retrouvée, dans la nuit, par la police. Autour, quelques journalistes et une petite foule de Montreuillois qui peinent à y croire. Trois bars et restaurants se disputent le bout de rue. A la terrasse du bistrot Saint-Pierre, la perplexité l’emporte. «Mais qu’est-ce qu’ils sont venus faire ici. À Montreuil, on est des pauvres. Ils nous veulent quoi ? Et puis le soir ici c’est le désert, tout est fermé», s’étonne un vieux du quartier, devant son café. «C’est vrai que c’est calme ici, c’est plutôt résidentiel», renchérit un homme plus jeune. Il raconte comment les habitants de l’immeuble qui fait face à l’endroit où été garée la voiture auraient été évacués en pleine nuit.

Un peu plus loin, un autre ancien du quartier ne se remet pas de voir sa rue devenir un des théâtres des événements liés aux attentats de Paris. «Il y a bien des gamins qui cassent des voitures par ici, ou font des petites bêtises, mais des armes de guerre dans une voiture, ça c’est du jamais vu». D’autres passants demandent des explications. «Ça veut dire que c’est à nos portes, maintenant», s’inquiète une femme. «J’espère qu’ils n’avaient pas idée de s’en prendre à la piscine qui se trouve juste à l’angle de la rue», souffle un autre.

Et puis, il y a ces commentaires d’enfants cherchant à mettre des mots sur ce qu’ils voient ou entendent. «En fait il y avait des méchants dedans, c’est ça ?», interroge un petit garçon au bras d’un adulte. Ou cet autre qui répond aux explications de son père : «Oui, je vois, je sais ce que c’est, c’est comme le 11 septembre».

Disparition.

«L’étage culture l’avait vu débarquer avec ses cheveux longs, ses jeans coupés aux genoux, et sa passion pour le hard-rock» : Guillaume B. Decherf, journaliste aux Inrockuptibles, ancien de Libé, est mort au Bataclan vendredi soir. L’article de notre journaliste François-Xavier Gomez.

Guillaume B. Decherf, militant du metal

Bilan.

Manuel Valls annonce que 103 corps, sur les 129 victimes décédées dénombrées, ont été identifiés.

Ecoles.

Au cas où, l’Education nationale insiste sur le fait que les écoles, collèges et lycées accueilleront les élèves demain.

Réactions.

A Antalya (Turquie), où s’ouvre aujourd’hui un sommet du G20, Barack Obama promet de «redoubler d’efforts» pour éliminer le groupe Etat islamique (EI).

(Photo AFP : le président américain et le président turc, Recep Tayip Erdogan)

Enquête.

Des kalachnikov ont été découvertes dans la voiture, une Seat, retrouvée ce matin à Montreuil, dit l’AFP en s’appuyant sur une source judiciaire.

Sarkozy : «L’Europe doit poser les conditions d’une nouvelle politique d’immigration. Il n’y a pas de lien, évidemment»

Verbatim.

Nicolas Sarkozy s’est exprimé dans la cour de l’Elysée, au sortir d’une entrevue avec le président de la République, François Hollande. «J’ai dit au Président qu’il me semblait que nous devions construire des réponses adaptées, ce qui veut dire une inflexion de notre politique étrangère, des décisions au plan européen et des modifications drastiques de notre politique de sécurité», a-t-il résumé.

Ainsi, selon lui, en Syrie, «nous avons besoin de tout le monde pour exterminer Daech, et notamment des Russes». Sur l’immigration, «l‘Europe doit se ressaisir pour poser les conditions d’une nouvelle politique d’immigration», dit-il, en ajoutant : «Il n’y a pas de lien évidemment, mais la question se pose». Enfin, sur la sécurité intérieure, «nous devons tirer les conséquences des failles et adapter notre dispositif sur tous ceux qui consultent des sites jihadistes. Le principe de précaution, c’est pas seulement une question sur la COP21.»

(Photo Albert Facelly pour Libération)

Congrès.

Le décret prévoyant la réunion du Parlement en Congrès demain, à Versailles, a été publié au Journal officiel ce matin. Il ne prévoit qu’une déclaration du président de la République.

Réactions.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, estime qu’il n’y a «pas lieu de revoir dans leur ensemble» les politiques européennes qui concernent les réfugiés.

Réactions.

François Hollande a accueilli son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, à l’Elysée à 10 heures.

Un journal grec livre l’identité de deux hommes enregistrés à Leros, dont un des kamikazes du Stade de France

Enquête.

Plus d’informations sur le passeport syrien retrouvé à proximité d’un des kamikazes du Stade de France : le journal grec Protothema affirme connaître les noms de famille de deux personnes enregistrées comme des réfugiés syriens le 3 octobre sur l’île de Leros : Almahmod et Almohammad. Ils auraient pris le ferry le 5 octobre vers le port du Pirée, avant de traverser la Croatie puis l’Autriche. C’est le passeport (peut-être faux) de l’un de ces deux hommes qui a été retrouvé au Stade de France.

Le succès d’un faux texte du «New York Times» qui glorifie les Français

Fakes.

C’est un texte qui circule massivement sur Twitter depuis hier soir, et qui est repris par de nombreuses personnalités, de Denis Brogniart à Daphné Bürki, qui y puisent la «fierté d’être français», en affirmant qu’il s’agit d’un article du New York Times. On y retrouve de nombreux clichés sur l’«art de vivre à la française», tel que les Français aiment à se le représenter, et espèrent que les étrangers se le représentent.

Problème : si l’on n’est pas encore certain de l’origine précise de ce texte, on sait en tout cas qu’il ne s’agit pas d’un article publié par le journal américain. On en retrouve en revanche la trace dans les commentaires de son site, en bas de cet article.

Enquête.

Selon la chaîne américaine CBS News, qui s’appuie sur une source au sein des renseignements américains, le passeport syrien retrouvé à proximité d’un des kamikazes du Stade de France serait un faux : «les numéros ne correspondent pas à un passeport syrien et la photo ne correspondait pas au visage», écrit CBS News. Hier, le ministre grec délégué à la Protection du citoyen indiquait que ce passeport avait été enregistré sur l’île de Lesbos, permettant d’établir que son propriétaire était entré en Europe dans un groupe de 70 migrants.

​«Comment dire à Kefti qu’il faut avoir confiance?»

Blog

«Comment dire à Kefti qu’il faut avoir confiance, qu’il ne faut pas avoir peur, comment ne pas leur transmettre cette peur, ce froid qui nous envahit à l’écoute des journalistes, des témoins, des survivants, ce froid qui envahit à la lecture des unes, comme une impression de déjà-vu, juste une impression car l’effroi est bien réel.» Sur le blog «Echos de vie scolaire», une CPE s’interroge sur la façon de parler aux élèves demain après les attentats.

Enquête.

Une Seat utilisée pour les attentats a été retrouvée par les enquêteurs à Montreuil, en banlieue parisienne.

Enquête.

Six personnes de l’entourage familial d’Ismaël Omar Mostefaï, premier kamikaze du Bataclan formellement identifié, ont été placées en garde à vue, rapporte l’AFP citant une source judiciaire. On savait depuis hier soir que son père et son frère avaient été placés en garde à vue.

Ismaël Omar Mostefaï, l’un des kamikazes du Bataclan

Profil

On commence à avoir des éléments sur le premier kamikaze du Bataclan à avoir été identifié, rapporte notre journaliste Willy Le Devin. Ismaël Omar Mostefaï, âgé de 29 ans, serait passé en Syrie à l’hiver 2013-2014. Originaire de Courcouronnes (Essonne), il vivait dernièrement à Chartres, sans emploi. Son père et son frère ont été interpellés samedi soir.

Clinton: «Nous ne sommes pas en guerre contre l’islam»

Etats-Unis

«Nous ne sommes pas en guerre contre l’islam», a déclaré Hillary Clinton lors d’un débat samedi soir entre les candidats à la primaire démocrate, largement consacré aux attentats de Paris. «Nous sommes en guerre contre l’extrémisme violent, nous sommes en guerre contre ceux qui utilisent leur religion dans un but de pouvoir et d’oppression.» (Photo AFP)

Un G20 sur fond de terrorisme

Antalya

Le président américain Barack Obama est arrivé tôt ce dimanche matin à Antalya, en Turquie, pour une réunion du G20, les pays les plus riches de la planète, où les discussions devraient mettre «un accent très particulier sur le terrorisme», selon une source française citée par l’AFP. François Hollande a annulé sa venue après les attentats de Paris. Les chefs d’Etat et de gouvernement du G20 devraient préparer une déclaration en réaction aux attaques de Paris, sans que la forme définitive soit arrêtée.

Tuer le bonheur, l’éditorial de Laurent Joffrin

A la une

«Dans le viseur des tueurs, il y avait quelque 400 personnes, mortes ou blessées, que nous pleurons avec toute notre âme. Mais il y avait aussi une idée : l’idée de la liberté», écrit Laurent Joffrin à la une du numéro spécial de Libération consacré aux événements et qui paraît exceptionnellement ce dimanche.

Le père et le frère d’un kamikaze en garde à vue

Enquête.

Le père et le frère du kamikaze du Bataclan formellement identifié sont en garde à vue depuis samedi soir et des perquisitions ont eu lieu à leurs domiciles indique l’AFP citant de sources proches de l’enquête.

Ce kamikaze de la prise d’otage de la salle de spectacle parisienne du Bataclan, où 89 personnes ont été tuées, est né à Courcouronnes (Essonne) en banlieue parisienne. Il avait fait l’objet d’une fiche S pour radicalisation, a annoncé samedi le procureur de Paris François Molins.

Sorgente: Manuel Valls : le terrorisme peut encore frapper «dans les jours qui viennent» – Libération

Spread the love
  •  
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
468 ad
< >

Leave a Comment

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

.