Pages Navigation Menu

il contenitore dell'informazione e della controinformazione

.

«Les femmes handicapées subissent beaucoup plus de violences que les femmes valides» – Libération

liberation.fr – «Les femmes handicapées subissent beaucoup plus de violences que les femmes valides». A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, focus sur un numéro d’écoute dédié aux femmes handicapées. Une ligne spécifique pour des violences spécifiques. Par Elsa Maudet.

Clotilde Largillier hésite. La rappeler ou pas ? Une femme a laissé un message sur le répondeur de la ligne Ecoute violences femmes handicapées (1) la veille, un dimanche, en disant qu’elle rappellerait.

Mais en laissant son numéro avant de raccrocher, comme une perche tendue. Après réflexion, l’écoutante, assistante de service social de formation, décroche le combiné, puis, faute de réponse, laisse un message à son tour.

Certaines femmes, comme celle-ci, font exprès de contacter le service d’écoute lorsqu’il est fermé, trouvant certes le courage d’appeler… tout en craignant d’avoir une interlocutrice.

Chaque mois, le numéro d’écoute dédié spécifiquement aux femmes handicapées victimes de violences, créé et géré par l’association Femmes pour le dire, femmes pour agir (FDFA), reçoit en moyenne 51 appels.

C’était 38 en 2015, année de sa création. Ça baisse dès que le numéro est loin des radars médiatiques, ça augmente après les passages radio de Maudy Piot, la présidente de l’association.

«Les femmes handicapées subissent beaucoup plus de violences que les femmes valides», rappelle cette dernière. Le chiffre de 4 sur 5 est souvent brandi, attribué à tort au Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes (CFHE), incapable lui-même de dire d’où il vient.

Reste que la surreprésentation des violences envers les femmes handicapées est une réalité. Selon l’ONU, plus de la moitié des femmes handicapées d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Australie sont victimes de maltraitance, contre un tiers des femmes valides.

Dans un rapport publié en 2014 (en anglais, p. 187), l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne révélait entre autres que 34% des femmes handicapées avaient subi des violences physiques ou sexuelles de la part d’un partenaire, contre 19% des femmes valides.

data – Violences subies par les femmes valides et handicapées

A lire aussi«On réduit davantage les femmes à leur handicap que les hommes»

«Mon mari doit me supporter»

Une femme aveugle ne peut ni anticiper un coup, ni décrire son agresseur. Une femme en fauteuil roulant ne peut pas s’enfuir.

Une femme muette ne peut pas appeler à l’aide. «Les handicaps des femmes décuplent dans un premier temps les probabilités qu’elles soient victimes de violences avant de réduire à peau de chagrin leurs possibilités de défense, écrit le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) dans son bilan du quatrième plan interministériel contre les violences faites aux femmes, publié mardi.

Difficilement surmontables pour les femmes valides, les obstacles propres aux parcours des victimes de violences peuvent être infranchissables pour les femmes handicapées.»

«Les femmes handicapées sont peut-être soumises à une moins grande capacité de révolte», présume Maudy Piot, elle-même aveugle et loin d’être dans ce cas de figure.

En cause : le fait que certaines dépendent d’un proche pour des tâches de la vie quotidienne et se voient comme une charge. «Certaines disent “mon mari doit me supporter”, elles ont peur qu’il les quitte», illustre Maudy Piot.

Dans un rapport (en anglais) consacré aux violences subies par les femmes handicapées publié en 2012 et repris par l’ONU Femmes, la faculté américaine de droit de Northeastern soulignait d’ailleurs que «l’agresseur peut être l’aidant, quelqu’un dont la personne est dépendante pour les soins ou la mobilité». Maudy Piot cite ainsi l’exemple d’une femme violée quotidiennement par son auxiliaire de vie.

Outre les violences «classiques» – psychologiques, physiques ou sexuelles –, les femmes handicapées peuvent se voir privées de leurs soins, empêchées de se mouvoir, stérilisées (c’est arrivé à des femmes handicapées mentales) ou internées en psychiatrie.

Le problème de l’hébergement d’urgence

Certaines se sentent tellement dévalorisées par la société qu’elles ne songent même plus à exiger le respect qui leur revient. «Quand on parle à leur chien dans la rue et non à elles, les femmes aveugles se demandent quelle est leur valeur dans le regard de l’autre», illustre Clotilde Largillier, l’écoutante.

S’ajoute à cela le fait que, lorsqu’elles trouvent le courage d’en parler, elles ne sont pas toujours crues. Le problème est déjà bien connu quand il s’agit de femmes valides, mais le handicap ajoute encore à l’incrédulité, assure Maudy Piot : «On est misérables, on fait pitié, donc qui oserait nous maltraiter ?

» Heureusement, la présidente de FDFA note une évolution positive depuis deux ans, grâce à une meilleure formation des agents de police.

Quand les femmes trouvent le courage d’appeler le numéro d’écoute, encore faut-il leur proposer des solutions adaptées. Il n’est déjà pas simple de mettre à l’abri une femme battue par son compagnon, ça devient un véritable casse-tête avec un handicap.

«Il n’y a pas de centre d’hébergement accessible», regrette Maudy Piot.

Le Haut Conseil à l’égalité recommande d’ailleurs de «développer les résidences sociales de type maisons relais spécialisées pour les femmes victimes de violences au sein desquelles des logements pour les femmes en situation de handicap leur seront réservés (avec des moyens renforcés en personnel)».

A lire aussiViolences faites aux femmes : «Le budget de l’Etat est significativement insuffisant»

  • (1) 01 40 47 06 06. Le lundi de 10 heures à 13 heures et de 14h30 à 17h30, et le jeudi de 10 heures à 13 heures.

Sorgente: (1) «Les femmes handicapées subissent beaucoup plus de violences que les femmes valides» – Libération

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
< >

Leave a Comment

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *