Pages Navigation Menu

il contenitore dell'informazione e della controinformazione

.

Le centre pour migrants ouvre ses portes à Paris – lemonde.fr

lemonde.fr – Le centre pour migrants ouvre ses portes à Paris. Exclusivement réservé aux hommes, ce centre d’accueil de 400 places est un lieu de transit : les réfugiés sont censés y rester de cinq à dix jours maximum Par Louise Couvelaire

Ici, on ne parle surtout pas de « camp » pour migrants. Au 70, boulevard Ney, dans le nord de Paris, on dit « centre humanitaire d’accueil pour réfugiés ». Ce centre de 400 places, exclusivement réservé aux hommes seuls arrivés depuis peu en France, a ouvert jeudi 10 novembre à 8 h 30. Des maraudes ont débuté dès 8 heures pour prévenir les migrants disséminés dans les rues. A l’ouverture, une dizaine d’exilés seulement attendaient de pouvoir entrer, même si des barrières étaient prêtes pour canaliser d’importantes files d’attente.

Derrière un portail sécurisé, la « bulle » : une immense structure gonflable destinée à l’accueil et à l’orientation des nouveaux venus.

A l’arrière, un ancien entrepôt de la SNCF de 10 000 m2 abrite désormais huit « villages », composés chacun de douze cabanes en bois de 16 m2 chauffées avec quatre lits, ainsi qu’un pôle santé, une laverie, un « magasin » qui distribue gratuitement vêtements et kits d’hygiène, des tables de ping-pong et bientôt un terrain de foot. Le tout dans un sinistre bloc de béton défraîchi, coincé entre le périphérique et les boulevards des Maréchaux, que quelques fresques en couleurs tentent d’égayer.

Le centre humanitaire d’accueil, avant son ouverture à Paris, le 8 novembre.

Paris a déboursé 6,6 millions d’euros pour l’installation de ce nouveau centre d’accueil d’urgence, et l’Etat 1,3 million. Les frais de fonctionnement annuels (dont les salaires des 120 salariés) sont partagés par la Ville – 1,4 million d’euros – et l’Etat – 7,2 millions d’euros. Dans dix-huit mois, ce centre entièrement démontable et remontable devra s’installer ailleurs, pour laisser place aux travaux de construction du campus Condorcet. Un autre centre similaire, pour les familles, les femmes enceintes et les femmes isolées, devrait voir le jour en janvier 2017 à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Lire aussi :   A Barbès, carrefour des migrants

Retard

Deux jours avant l’ouverture du centre, face à quelques journalistes, Anne Hidalgo, maire (PS) de Paris qui avait annoncé sa création en mai 2016, décrivait une « alternative digne à la rue », y voyant la preuve que « l’on peut faire les choses avec humanité ».

A son côté, la ministre du logement, Emmanuelle Cosse, se félicitait de « répondre à une nécessité » et de pouvoir « montrer la qualité du travail social en France qui fait l’honneur de notre pays ». Fières, toutes deux, d’offrir une alternative « humaniste » aux dortoirs de 400 personnes, aux enfilades de conteneurs et aux campements de fortune qui se sont installés à même le bitume ou la boue, à Calais comme à Paris.

 

Anne Hidalgo, maire de Paris et Emmanuelle Cosse, ministre du logement visitent les infrastructures destinées à l’accueil des migrants, à Paris, le 8 novembre.

Place Stalingrad (19e arrondissement), 3 800 exilés s’entassaient ainsi sous le métro aérien et le long de l’avenue de Flandre, jusqu’à ce que les forces de l’ordre les délogent, le 4 novembre au petit matin, pour les « mettre à l’abri », notamment dans des centres d’accueil et d’orientation (CAO) ou dans des centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA), mais aussi dans des gymnases ou dans une ancienne maison de retraite.

Ce démantèlement, ainsi que celui de la « jungle » de Calais intervenu quelques jours plus tôt, et l’afflux important de nouveaux migrants ont été à l’origine du retard de l’ouverture du centre, initialement prévue début octobre.

L’Etat a fait attendre la maire de Paris le temps de placer les réfugiés dont les campements devaient être évacués. Il fallait éviter que le centre parisien soit pris d’assaut et engorgé, à peine ouvert, par les milliers de migrants déjà présents dans les rues. Au risque de déplacer le problème : il reste moins de places dans les centres d’accueil ouverts partout en France pour répartir les futurs arrivants du camp parisien. C’est là que le bât blesse.

Lire aussi :   Migrants : « La polémique engagée par Laurent Wauquiez est affligeante »

Premiers soins et bilans de santé

Le centre du boulevard Ney est un lieu de transit : les migrants sont censés y rester de cinq à dix jours maximum. « Ce n’est pas un centre d’hébergement mais un sas au sein duquel nous pourrons répondre à leurs besoins vitaux, précise Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs Solidarité, qui gère les lieux (avec l’aide de quelques centaines de bénévoles). Les migrants pourront recevoir les premiers soins, avoir quelques jours de répit, être informés sur leurs possibilités et sur ce qui va leur arriver. »

Le bon fonctionnement de cette nouvelle structure va donc entièrement dépendre de la gestion du flux. Il faudra que des migrants sortent du centre chaque jour pour faire de la place aux nouveaux arrivants. Seulement, les CAO et les CADA de France affichent pour beaucoup déjà complets, tandis que le nombre d’exilés ne cesse d’augmenter. A l’heure actuelle, personne ne sait combien de réfugiés vont se présenter boulevard Ney.

Devant cette incertitude, Médecins du monde, qui propose avec le SAMU social de Paris des bilans de santé au sein du centre, ne s’est pas engagé au-delà du mois de janvier. Sa présidente, Françoise Sivignon, juge le challenge « phénoménal » et admet se poser « beaucoup de questions ». Parmi ses craintes : que le centre ne devienne un camp de triage entre ceux que l’on appelle les « dublinés » (demandeurs d’asile qui ont laissé leurs empreintes dans un autre pays d’Europe et qui, au nom du règlement de Dublin, devraient y demander l’asile) et les autres.

Le nombre d’arrivées par jour à Paris est évalué entre 50 et 70. Entre l’évacuation du campement, vendredi dernier, et l’ouverture du centre aujourd’hui, il y aurait donc déjà près de 400 nouveaux réfugiés dans les rues
Paris ne veut plus de réfugiés dans ses rues

Mais les migrants n’ont plus le choix. La politique de la Ville est claire : Paris ne veut plus de réfugiés dans ses rues. Place Stalingrad, quatre camionnettes de CRS, deux voitures de police, des policiers en uniforme et d’autres en civil avec des brassards orange sont là pour s’en assurer. Et l’allée centrale de l’avenue de Flandre a été condamnée par des grillages. Les exilés qui n’ont pas l’air de savoir où ils vont ont peu de chances d’échapper au contrôle d’identité.

Lire aussi :   Migrants à Paris : la carte des 29 camps démantelés en un an et demi

Ismail trace sa route. Emmitouflé dans sa doudoune noire, un sac à dos à l’épaule, le regard fixé droit devant lui, ce Soudanais de 26 ans arrivé à Paris il y a deux semaines traverse la rue sans dévier de sa trajectoire, malgré la quinzaine de policiers qu’il vient d’apercevoir sur le trottoir d’en face. Il frôle les uniformes avec la mine assurée d’un Parisien qui connaît son chemin. Le tour est joué, il passe sans être repéré.

Ce n’est pas le cas d’un groupe de jeunes, à quelques mètres de lui. Certains, dans l’incapacité de fournir la preuve immédiate qu’ils sont hébergés quelque part, sont embarqués. « On va leur trouver un hébergement », assure un policier. Encore faut-il qu’il y ait de la place. Le nombre de migrants arrivant chaque jour à Paris est évalué entre 50 et 70.

Entre l’évacuation du campement de Stalingrad, vendredi 4 novembre, et l’ouverture du centre, il y aurait donc déjà près de 400 nouveaux réfugiés dans les rues. Soit exactement le nombre de places disponibles dans le centre humanitaire. A peine ouvert et déjà saturé ?

  • Louise Couvelaire

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2016/11/10/le-centre-pour-migrants-ouvre-ses-portes-a-paris_5028547_1654200.html#eMZrekIjfujGJylW.99

Sorgente: Le centre pour migrants ouvre ses portes à Paris

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
< >

Leave a Comment

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *